Tunisie : Mourou et le double langage

L’ex-numéro deux du mouvement Ennahdha, Abdelfattah Mourou, a réagi à la polémique créée sur les réseaux sociaux. Mourou s’est défendu de tenir un double langage en public.

Dans une interview accordée, vendredi 24 février, à Express FM, l’avocat a déclaré qu’il importe de le juger à travers son parcours et non sur une déclaration ou deux. Il a relevé qu’il milite pour créer non pas un parti politique, mais pour instaurer un mouvement intellectuel consensuel, de juste milieu, inspiré de l’Islam pacifique tunisien et propre à prémunir la Tunisie contre toute confrontation civile entre modernistes et salafistes.
L’homme, qui monte et qu’on voit dans toutes les télévisions et sur les couvertures de tous les journaux, s’est prononcé contre tous les apôtres de l’exclusion en Tunisie. Il a mis en garde contre les conséquences néfastes de l’anarchie qui prévaut dans le pays : « Ce phénomène peut aboutir à une nouvelle dictature. Il peut également priver toutes les Tunisiennes et tous les Tunisiens de la précieuse liberté d’expression dont ils jouissent actuellement ».

M.Kh
 

Abdelfattah Mourouconfrontationconséquencesdouble langageexpressionréseauxtunisie
Comments (0)
Add Comment