Tunisie-Caïd Essebsi : « nos décisions sont sous-tendues par le seul intérêt de la patrie »

Dans son entretien à la chaîne Al HiwarAttounsi, à une question relative aux relations de la Tunisie avec la Libye, le chef de l’Etat a indiqué que toutes les positions prises à l’égard de ce pays étaient appropriées et motivées eu égard à la situation trop complexe qui y prévaut.

« Que celui qui a un semblant de solution vienne me trouver », a-t-il dit, rappelant qu’en Libye, il n’existe pas de gouvernement et que ce pays est menacé de partition. Dans cet imbroglio, la Tunisie doit composer avec « le gouvernement » territorialement le plus proche de la Tunisie, celui de Tripoli, avec lequel nous avons directement affaire. Etait-ce opportun pour BCE d’accueillir un chef de gouvernement libyen (Khalifa Ghouil, NDLR) non reconnu par la communauté internationale ? A cette question, le Président de la République a rétorqué que son comportement n’était et ne sera jamais dicté que par l’intérêt exclusif de la Tunisie et que, partant, pour le préserver, il était disposé à accueillir le diable en personne, précisant que la sagesse nous dicte de nous adapter à toutes les situations, tout en rejetant les solutions extrêmes.
Concernant les cas des deux journalistes détenus depuis septembre dernier en Libye, Sofiene Chourabi et Nadhir Gtari, le chef de l’Etat a indiqué que la présidence qui a fait de cette affaire son cheval de bataille a fait tout ce qui était en son pouvoir, ajoutant que rien n’a pu être fait dans un pays déchiré par la guerre et où n’existe aucun interlocuteur. BCE a balayé d’un revers de la main toute les solutions suggérées par les journalistes présents pour leur caractère subjectif et irrationnel.
Concernant le cas de la Syrie, le chef de l’Etat a rappelé l’erreur qui avait consisté à renvoyer l’ambassadeur de Syrie en Tunisie. A la question de savoir pourquoi les relations diplomatiques avec la Syrie n’avaient pas été rétablies, BCE a indiqué que ce n’était nullement dans l’intérêt du pays, ajoutant que la Tunisie est souveraine et indépendante dans ses décisions et qu’elle ne se soumettra jamais aux pressions extérieures.

M.BELLAKHAL