Des annulations touristiques en Tunisie, au lendemain de l’attaque du Bardo

La sanglante attaque perpétrée mercredi 18 mars contre le musée du Bardo, faisant 23 victimes, pourrait bien porter un nouveau coup dur au tourisme, un secteur fortement touché par les crises politiques qu’a connues le pays depuis la révolution.

23 personnes ont été tuées lors de cette attaque terroriste, tandis qu’une quarantaine ont été blessées. Parmi les victimes, il figure : des Italiens, des Colombiens, des Français, des Japonais, des Polonais, des Australiens et des Espagnols.
Le musée, où s’est déroulée la prise d’otage, est un des lieux les plus touristiques du pays. Il a été rénové et a rouvert en 2012. Il abrite une exceptionnelle collection de mosaïques, dans un bâtiment mitoyen de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). Il accueille des centaines de milliers de visiteurs chaque année.
Après cette attaque meurtrière, la question qui se pose est la suivante : faut-il aller en vacances en Tunisie ? Des agences de voyages et des magazines étrangers spécialisés en tourisme ont, bel et bien, posé cette question. Pour eux, la situation, cette fois, est sérieuse pour les touristes en Tunisie, car c’est dans un haut-lieu du tourisme, au cœur de Tunis, que l’attaque s’est produite.
Les voyagistes français, réunis mercredi soir au sein du syndicat Seto (celui-ci représente l’essentiel de la profession) ont décidé de suspendre toutes leurs excursions dans le pays.
Les voyagistes européens, dont certains avaient commencé à renforcer leurs capacités d’accueil en Tunisie, sont eux aussi susceptibles de réviser leur dispositif…De même, les groupes de croisières sont également susceptibles de revoir leurs itinéraires.
Dans la journée de jeudi 19 mars 2015, le croisiériste italien MSC a annoncé sur son site internet sa décision avec effet immédiat d’annuler ses prochaines escales à Tunis. Les itinéraires de trois paquebots qui devaient desservir Tunis à partir d’avril ont été modifiés, avec de nouvelles escales à Malte, Palma de Majorque ou Cagliari, a précisé MSC.
Un peu plus tôt, le groupe Costa avait indiqué, dans un communiqué, son choix d’annuler toutes les prochaines escales de ses navires à Tunis, qui seront remplacées par des destinations alternatives en cours d’élaboration.
L’allemand Hapag-Lloyd Croisières a également décidé d’annuler son seul voyage à destination de Tunis inscrit à son programme des prochains mois. Il devait prendre la mer le 6 avril.
« Nous sommes à la recherche d’un autre port de destination », a précisé à l’AFP le porte-parole du géant allemand du tourisme TUI, la maison mère d’Hapag-Lloyd Croisières. TUI surveillera «comment la situation évolue au cours des prochaines semaines et mois», a-t-il ajouté.
Thomson Cruises, une filiale britannique de TUI, tout comme le voyagiste britannique Thomas Cook, ne desservent pas Tunis mais assurent des liaisons vers d’autres sites de villégiature dans le pays. Les deux compagnies ont fait savoir qu’elles maintenaient ces destinations, mais qu’elles annulent les excursions prévues depuis ces sites vers Tunis, jusqu’à nouvel ordre.

M.Kh