Tunisie : Syphax Airlines doit prouver au ministère du Transport qu’elle n’est pas dans le tort

En réponse aux nombreuses allégations véhiculées par de nombreux médias de la place, la compagnie aérienne Syphax Airlines tient à préciser qu’elle effectue son activité d’une façon réglementaire et qu’elle n’a, en aucun cas, enfreint les réglementations nationales.

Syphax Airlines tient aussi à préciser qu’elle présentera, dans les plus brefs délais, un dossier complet au ministère du Transport qui prouvera qu’elle n’est pas dans le tort.
La compagnie estime que ces tentatives de salir son image entrent dans le cadre d’une campagne de déstabilisation entamée à son encontre, depuis sa création, par certaines parties détenant un réel pouvoir. Ces parties se sont servies de la situation exceptionnelle du pays pour imposer leurs ordres.
Il est inutile de rappeler, dans ces sens, la multitude d’obstacles mis sur la route de Syphax depuis son premier vol le 29 avril 2012, en passant par le blocage du premier Airbus de type A 330 de l’histoire de l’aviation civile tunisienne qui est demeuré de longs mois inexploité, sans compter le retard dans les livraisons des autorisations, comme celle du lancement de la première ligne directe entre la Tunisie et le Canada.
A rappeler que la création de Syphax Airlines a été l’un des plus grands projets lancés après la révolution, en pleine période de doute durant laquelle les investissements se sont presque arrêtés.
Véritable défi qui a participé à lier Sfax au monde et qui a redynamisé l’aéroport de Sfax-Thyna longtemps sous exploité, cette compagnie qui fait travailler des centaines de cadres a plus que jamais besoin de l’appui du ministère des Transports et des autorités du pays, à l’instar des autres compagnies aériennes.

D’après communiqué