Tunisie : les raisons qui ont poussé 70% des partisans d’Ennahdha à voter Marzouki (Audio)

Le leader du mouvement Ennahdha et ex-ministre de l’Agriculture, Mohamed Ben Salem, a affirmé que son parti n’a pas changé de position quant au soutien d’un éventuel candidat au second tour de la présidentielle dans l’attente de la tenue du conseil de la Choura samedi prochain.

Intervenant ce mercredi 26 novembre 2014 sur Shems FM, Mohamed Ben Salem a présenté les raisons qui ont poussé les partisans d’Ennahdha à voter en faveur du président sortant, Moncef Marzouki.
Selon Ben Salem, 70% des partisans d’Ennahdha ont voté Marzouki. Il a rappelé que son parti a décidé de ne soutenir aucun candidat à la présidentielle et a laissé le choix ouvert à ses partisans et ses sympathisants en leur accordant la liberté de choisir le candidat le plus apte à gouverner le pays dans un climat de consensus et de démocratie.
Il a expliqué ce choix par la proximité entre Ennahdha et le CPR (Congrès pour la République). « Moncef Marzouki était notre allié dans le gouvernement de la troïka. Il est donc évident que les partisans d’Ennahdha le choisissent. Ils voient en Moncef Marzouki l’homme de la situation. C’est le seul homme qui sera capable de diriger le pays dans la prochaine période ».
Toujours selon Mohamed Ben Salem, ce choix peut être expliqué, également, par la mauvaise campagne électorale du mouvement Nidaa Tounes. « La campagne électorale du président de Nidaa Tounes, Beji Caid Essebsi, était volontairement provocante. Elle était ‘’très mauvaise’’ quand les leaders de Nidaa Tounes déclarent que leur sang est noir et notre sang est rouge…Quand ils insultent les leaders d’Ennahdha…à l’instar de Khemais Ksila… », a-t-il encore indiqué.
Et d’ajouter qu’après l’annonce des résultats des élections législatives qui ont donné la victoire à Nidaa Tounes, les Tunisiens deviennent conscients de la nécessité de voter en faveur de Moncef Marzouki pour l’intérêt suprême de la Nation.
Ben Salem a, en outre, affirmé que rien ne les empêche théoriquement de soutenir Marzouki mais qu’ils ne veulent pas augmenter les tensions. « Toutes les possibilités sont posées », a-t-il conclu.

M.Kh