Tunisie : la maison de la culture de Mateur n’est pas prête de voir le jour

Une réunion s’est tenue au siège du gouvernorat consacrée à la délégation de Mateur. Etaient présents, l’on s’en doute, les responsables de tous bords, réunis autour du gouverneur « à l’effet, dit-on, d’examiner la situation du processus de développement de la région ».

Et, comme de juste, et à chaque occasion que le calendrier permet, le gouverneur a cru bon d’exhorter les responsables de faire preuve de sérieux dans le traitement des problèmes de la délégation et d’œuvrer en étroite concertation pour lever les obstacles de tous genres qui entravent le démarrage ou l’achèvement de tel ou tel projet, jugé vital ou important pour la région. Et les responsables d’acquiescer jusqu’à la réunion suivante où les mêmes propos d’exhortation sont entendus. Mais pourquoi, est-on en droit de s’interroger. Ces responsables n’ont-ils point conscience de leur responsabilité ? Ne sont-ils pas habilités et donc tenus de faire le travail pour lequel ils ont été désignés ? Bref, la question du terrain à affecter au projet de la construction de la maison de la culture de la ville de Mateur (un projet de 1,5 MD) a encore une fois été soulevé sans que la moindre mesure ait été prise voire envisagée pour parvenir à une solution, le gouverneur s’étant contenté d’appeler « à la conjugaison des efforts » pour résoudre le problème ».
Et, conjoncture oblige, des instructions ont été données afin que les problèmes inhérents à la rentrée scolaire : manque de personnel, d’équipements, vétusté des établissements soient étudiés avec le sérieux requis. On en est encore et toujours à affronter les problèmes une fois qu’ils sont posés, sans aucune stratégie de prévention.
Une bonne nouvelle peut-être ! la promesse des autorités régionales (espérons qu’elles seront tenues !) de la réactivation du projet de réalisation d’une zone industrielle de 60 ha, dédiée aux industries agroalimentaires dans cette région essentiellement agricole.

M. BELLAKHAL