Tunisie : radio Kalima en redressement judiciaire

Les employés, journalistes, cadres administratifs, techniciens, une soixantaine de salariés en tout de Radio Kalima sont en grève depuis lundi 16 septembre 2013.

Ils ont entamé un sit-in ouvert sur les lieux de leur travail. Ils revendiquent notamment les salaires qu’ils n’ont pas perçus depuis trois mois au moins. Certains impayés datent de 2011. Les protestataires exigent également une révision de leurs contrats jugés « non conformes aux conventions collectives ».
La direction générale de la radio, silencieuse depuis le début du sit-in, a publié un communiqué de presse, jeudi 19 septembre 2013, où elle explique ses problèmes financiers et annonce sa décision de recourir à « une procédure de redressement judiciaire » dans une tentative de sauvetage de la radio.
Dans ce communiqué, la direction de Radio Kalima révèle que les salaires et vacations, estimés à plus de 80 mille dinars mensuels, ont constitué les ¾ des dépenses. « La radio annonce avoir investi près de 3 millions de dinars, MDT, depuis son démarrage, mais que les revenus publicitaires étaient quasiment nuls. A fin juin 2013, la SARL accusait un niveau d’endettement de plus de 1,8MDT. L’indisposition des actionnaires et le refus des créanciers ont mis la société en état de cessation de paiement, d’où le non versement des salaires et vacations de juillet », explique la direction.
Les employés de Kalima continuent à travailler. Cependant, ils risquent fort de perdre leurs emplois suite à cette procédure de redressement judiciaire.

M.BELLAKHAL