Tunisie : levée de l’immunité de Sahbi Atig ?

Pour juger le président du bloc parlementaire du mouvement Ennahdha, Sahbi Atig, pour ses récentes déclarations, il faut d’abord s’attaquer à son statut parlementaire. C’est ce qu’a déclaré le professeur en droit constitutionnel, Kaies Saied.

M. Saied a indiqué, dans une interview parue mardi 16 juillet 2013 sur les colonnes du journal Assarih, que cette étape est indispensable si on veut juger M. Atig : « Il faut lui enlever son immunité en tant que député et président du bloc parlementaire du parti majoritaire même si dans son discours il n’a mentionné son appartenance à aucune partie ».
Le professeur en droit constitutionnel considère que les propos de Sahbi Atig constituent « un embarras politique ».

D.M