Tunisie-Efficacité énergétique : pilier pour une stratégie énergétique durable

« Les actions d’efficacité énergétique doivent répondre aux défis de l’adoption d’un modèle de développement sobre de l’énergie et le renforcement des efforts visant la diversification du bouquet énergétique à travers le recours à de nouvelles ressources énergétiques »,

a déclaré jeudi 20 juin 2013 Nidhal Ouerfelli, Secrétaire d’Etat chargé de l’Energie et des Mines en présidant à Tunis la conférence nationale sur le thème « l’utilisation rationnelle de l’énergie en Tunisie » organisée par l’Agence Nationale de Maitrise de l’Energie (ANME)sous l’égide du ministère de l’Industrie.
Le secrétaire d’Etat a ajouté à cette occasion que le ministère de l’Industrie s’attachera à mettre en œuvre un débat national sur la Stratégie Energétique qui sera lancé à la fin du mois afin de réapproprier la question énergétique par tous les acteurs en Tunisie et garantir une stratégie énergétique durable.
Le secrétaire d’Etat a rappelé que les programmes de maitrise de l’énergie, mis en place, ont permis d’atteindre des résultats incontestables en particulier un découplage entre la consommation d’énergie et la croissance économique et une baisse de 25% de l’intensité énergétique durant les deux dernières décennies en soulignant que« ce plan d’action permettrait une économie d’énergie de 16 millions de tonnes équivalent de pétrole et par conséquent une réduction de 44 millions de tonnes des émissions de gaz à effet de serre »
Il est à noter que l’ANME a réalisée une étude portant sur « le développement de l’utilisation rationnelle de l’énergie en Tunisie visant d’anticiper sur les défis énergétiques qui vont se présenter durant les prochaines années et décennies, en mettant en place une politique ambitieuse et cohérente d’efficacité énergétique, et en identifiant les leviers d’action majeurs sur lesquels il faudrait agir pour opérationnaliser cette politique.
L’étude s’articule autour de l’évaluation des programmes d’utilisation rationnelle de l’énergie engagés dans le passé, l’étude du potentiel d’économie d’énergie susceptible d’être mobilisé sur la période 2013-2030 et l’élaboration d’un plan d’action sur la période 2013-2020.

D’après communiqué