Tunisie : comment éradiquer la corruption

capitalisme.jpgSombre tableau que celui brossé lors de l’émission « Propos opportuns » diffusée dimanche 6 janvier 2012 sur la chaine privée Ettounissya TV qui traitait de la corruption, phénomène qui gagne en ampleur et qui a fait rétrograder la Tunisie à la 75ème place alors qu’elle était confortablement installée au 39ème rang à l’échelle mondiale en 2010.

Procédant par constats, Soufiène Ben Farhat, a évité de s’étendre sur les causes de la progression préjudiciable du phénomène. Il a cherché le pragmatisme en invitant un expert en la matière, Sami Rmadi, président de l’Association pour la transparence financière, pour qui la corruption a existé, continue d’exister et aura de très beaux jours si la volonté de la déraciner fait défaut.
Dans un souci d’efficacité, M. Rmadi préconise la mise sur pied d’une instance qui jouirait de l’autonomie financière et d’une indépendance totale vis-à-vis de l’exécutif et des partis politiques. Les membres de cette haute autorité bénéficieraient d’une protection rapprochée, capable de dissuader les personnes corrompues, prêtes à tout pour échapper à la justice, ne pas être démasquées et mises hors d’état de nuire.
M. Rmadi s’étonne que les autorités en place aient tardé à créer pareil organisme en vue d’endiguer le fléau.

M.B