Tunisie : projet «la langue allemande, porte d’accès à l’emploi»

Tunisie_Allemagne.jpgSuite à une analyse de besoin formulée par des entreprises basées en Tunisie, le Goethe-Institut offre aux ingénieurs, aux maîtrisards en gestions et finances, logistiques et des spécialistes de mécanique, électronique et informatique industrielle une opportunité d’apprendre la langue allemande jusqu’au niveau B1 dans un cours intensifs de 6 mois afin d’améliorer leurs chances de trouver un emploi.

Il s’agit du projet «La langue allemande, porte d’accès à l’emploi», initié par le Goethe-Institut, en étroite collaboration avec la Chambre tuniso-allemande de l’industrie et du commerce, AHK. Ce projet vise l’optimisation des chances des chercheurs d’emploi qualifiés de trouver une fonction.
Les candidats éligibles sont les diplômés des spécialités déjà mentionnées dont l’obtention de diplôme qui ne dépasse pas plus de 12 mois ou en cours de préparation.
Les employeurs potentiels participent activement au processus de sélection. Pendant et après la fin des cours, les candidats et les entreprises participant à ce projet bénéficient d’un soutien intensif afin d’améliorer les chances des candidats de trouver un emploi. L’étroite collaboration avec l’Agence nationale pour l’emploi et le travail indépendant, ANETI, garantit s^l’intègration des activités du projet dans le contexte public de recherche et de promotion de l’emploi. Les cours commencent début juin à raison de 15 heures par semaine à Tunis pour une période de 6 mois. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 09 avril 2012.
Ce projet, estimé à 8 millions d’euros, a démarré début 2012 et s’étalera sur deux ans. C’est l’un des quatre projets du «Pacte pour l’emploi en Tunisie» conclu entre le gouvernement fédéral allemand et la Tunisie. Il est soutenu par le ministère fédéral allemand des Affaires étrangères à travers la société Sequa GmbH et vise à améliorer les chances d’emploi des jeunes tunisiennes et tunisiens grâce à des partenariats entre des organisations allemandes et tunisiennes.

Y.B.C