::INVESTIR EN TUNISIE :: Journal Electronique Tunisien...

Tunisie : Le partenariat et l’impulsion de l’investissement en débat à Ben Arous

PDF

Tunisie : Le partenariat et l’impulsion de l’investissement en débat à Ben Arous Quelque 48 projets, d’un cout estimé à 55 millions de dinars ont été approuvés au cours de la journée régionale sur le partenariat et l’impulsion de l’investissement qui s’est tenue, samedi 4 juillet, à Ezzahra (gouvernorat de Ben Arous).Ces projets qui seront lancés dans les secteurs de l’industrie (25 projets) et des services (19 projets) vont créer pas moins de 1113 emplois. Plusieurs ateliers ont été organisés dans le cadre de cette journée, à laquelle ont pris part bon nombre de représentants des établissements de crédit, des sociétés d’investissement et des structures d’appui, outre les promoteurs et porteurs d’idées de projet.
Intervenant, M. Taoufik Baccar, Gouverneur de la Banque centrale de Tunisie(BCT) a souligné l’intérêt qu’il y a à impulser les investissements, à ouvrir les horizons devant les jeunes et à créer le maximum d’emplois.
Il a fait savoir que la tenue de ces journées régionales, qui font du reste l’objet d’un suivi permanent, constituent des opportunités pour stimuler l’investissement dans les régions, suggérant de les renforcer par l’organisation de journées sectorielles.
M. Baccar a rappelé que les séminaires régionaux sur l’investissement, tenus en 2008, ont approuvé pas moins de 350 projets pour un coût de l’ordre de 353 millions de dinars, lesquels ont permis de créer environ 10 000 emplois.
Il évoqué la contribution du secteur bancaire au développement régional, mettant l’accent sur l’accroissement au taux de 14% des concours bancaires à l’économie.
Il a souligné l’intérêt qu’accorde la Tunisie à l’amélioration des services bancaires notamment pour ce qui a trait à la réduction des délais d’étude des dossiers de financement, limités à un mois.
Il a mis en exergue l’importance des mesures présidentielles destinées à faire face aux retombées de la crise économique mondiale et indiqué qu’elles ont conféré plus de souplesse et de flexibilité aux interventions des banques, l’ultime but étant de préserver la viabilité des entreprises.
M. Afif Chelbi, ministre de l’industrie, de l’énergie et des PME a mis en exergue la décision présidentielle de proroger les mesures conjoncturelles instituées en vue d’aider les entreprises à faire face aux impacts de la crise financière et économique, relevant qu’une première évaluation de ces mesures a montré que pas moins de 206 entreprises en ont bénéficié et que grâce à elles quelque 46 mille emplois ont pu être sauvés.
Il a appelé au besoin de faire preuve de vigilance, de continuer à soutenir l’entreprise tunisienne et de la préparer à la phase post-crise.
Il a indiqué que les performances accomplies par la Tunisie en matière de compétitivité lui ont permis de poursuivre son rythme de croissance et de mobiliser de nouveaux investissements directs étrangers (IDE).
Le ministre a déclaré que le système de création des entreprises gagnerait à être parachevé et renforcé par la généralisation à tous les gouvernorats des centres d’affaires, des pépinières d’entreprises et des guichets uniques. Il s’agit également, a t il dit, de consolider les structures d’appui et le financement des PME, autant de projets et réalisations qui ont, d’ores et déjà, permis de booster l’investissement dans toutes les régions.
Traitant de la dynamique industrielle dans le gouvernorat de Ben Arous, le ministre a rappelé que le nombre de projets industriels dans ce gouvernorat a quadruplé, depuis le changement, et fait remarquer que le nombre des entreprises industrielles de la région qui ont mis en route un plan de mise à niveau s’élève à 360 moyennant des investissements de l’ordre de 1000 MD et des primes de 130 MD.

Pour sa part, M. Hédi Djilani, président de la centrale patronale a mis en exergue l’importance que revêtent les exportations dans l’impulsion de l’investissement et appelé à la conjugaison des efforts face à la crise économique et financière. Il a souligné l’intérêt qu’il y a à ancrer le travail indépendant dans les traditions et à en diffuser la culture à grande échelle en ce sens où l’Etat n’est pas en mesure de satisfaire, tout seul, toutes les demandes d’emploi.
Il a évoqué, par ailleurs, complémentarité entre le tissu industriel et la recherche.
 

Commentaires
Ajouter un nouveau
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

MédiaPub: Vidéo,Audio,Reportages...

PUB 336x280

Retrouvez-nous sur Facebook

 

PUB 336x280


 

 

 

 

 

NEWELETTER
Get our toolbar!