::INVESTIR EN TUNISIE :: Journal Electronique Tunisien...

Tunisie : Mustapha Kamel Nabli répond à ses détracteurs

PDF

Kamel_Nabli.jpgMustapha Kamel Nabli, ex-gouverneur de la Banque centrale de Tunisie, BCT, a affirmé que la décision de mettre fin à ses fonctions, approuvée mercredi 18 juillet 2012 par l’Assemblée nationale constituante, ANC, est purement « politique ».

Lors d’un mot prononcé mercredi devant les membres de l’ANC, M. Kamel Nabli a présenté un document de défense bien argumenté. Il a avancé, point par point, ses arguments de défense et a réclamé une « confrontation » avec les membres du gouvernement.
Mustapha Kamel Nabli a précisé que les vraies raisons de cette destitution vont à l'encontre de ce que l'ANC avait décidé auparavant pour garantir l'indépendance du pouvoir économique et plus précisément de la Banque centrale de Tunisie.
Sur un autre plan, M. Kamel Nabli souligne que la BCT n’y est pour rien dans la dégradation de la notation de la Tunisie. Il estime que faire porter la responsabilité de la baisse de la notation de la Tunisie par l’agence Standard & Poor’s à la Banque Centrale constitue une tromperie. Cette notation, a-t-il afformé ; est une conséquence du faible rendement du gouvernement sur le plan économique.

M.Kh

 

Commentaires
Ajouter un nouveau
ce n'est pas rassurant
A. Sokrani 19-07-2012 23:53:51

M. Marzouki à fait preuve dans cette affaire d'un manque d'expérience dans la gouvernance, c'est
à la fois dommage et triste pour la Tunisie, sa stabilité, et son avenir
Ex-gouverneur de la Banque centrale
Dr. Jamel Tazarki 19-07-2012 16:44:14

Monsieur Mustapha Kamel Nabli aurait pu donner sa démission mais cette rupture (en tant que
démissionnaire) ne donne pas lieu à une indemnisation raisonnable. Il s’agit d’une somme qui
peut dépasser les 100 000 dinars !

Si Monsieur Mustapha Kamel Nabli s’estime victime d’un
licenciement abusif, il doit lancer un procès devant le tribunal et expliquer les circonstances
de l’affaire et indiquer les sommes qu’il souhaite obtenir de son employeur pour réparer le
dommage qu’il subit en raison du licenciement. L'UGTT (les syndicats sont les premiers
partenaires de négociation) doit prendre part au procès et ainsi Monsieur Moncef Marzouki n'aura
aucune chance d'imposer sa volonté sans arguments acceptables (du pur despotisme inconscient de la
part de Monsieur Moncef Marzouki). Cette affaire qui parait banale peut déséquilibrer le
gouvernement et même toute la stabilité de la Tunisie! En Tunisie, on ne rigole pas avec les
syndicats…
Ce qui est grave est la manière dont le licenciement a été géré par le président
de la république !

Dr. Jamel Tazarki
Allemagne
ww w.go4tunisia.de
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

MédiaPub: Vidéo,Audio,Reportages...

PUB 336x280

Retrouvez-nous sur Facebook

 

PUB 336x280


 

 

 

 

 

NEWELETTER
Get our toolbar!