::INVESTIR EN TUNISIE :: Journal Electronique Tunisien...

Tunisie : Islam modéré et laïcité modérée ?

PDF

Rafik_Abdessalem.jpg« En Tunisie, il n’y a pas un gouvernement islamiste, mais un gouvernement de coalition nationale. Nous avons une partie islamiste au sein du pouvoir, mais nous avons un agenda commun avec les autres membres de la coalition », a indiqué le ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdessalem.

Lors d’un entretien avec des journalistes libanais à Tunis, M. Abdessalem a affirmé que la Tunisie peut-être le pays arabe le plus homogène en ce qui concerne l’appartenance ethnique et religieuse de ses habitants : « Je ne vois pas de divergence entre l’islam, le modernisme, la démocratie et l’ouverture. Notre gouvernement veille aux intérêts nationaux et ne se mêle pas des choix individuels des citoyens et de la société. La Tunisie est un pays ouvert, et cela ne changera pas. Le monde parle de l’exemple turc. Peut-être que plus tard on citera l’exemple tunisien ».
Le ministre a ajouté que la charia ne fera jamais partie de la Constitution en Tunisie : « Nous avons décidé de préserver le 1er chapitre de la Constitution de 1959 qui souligne que la Tunisie a pour langue l’arabe et pour religion l’islam, et que son régime est républicain. Nous pourrons ajouter républicain démocratique ».
En réponse à une question relative aux difficultés d’un gouvernement de coalition, il indique, pragmatique : « Les anciennes démocraties rencontrent des difficultés, que serait-ce alors le cas des jeunes démocraties ? La convivialité entre le courant islamique modéré et le courant laïc modéré est positive et aide à la stabilité politique et à la paix civile, que ce soit en Tunisie ou dans le reste du monde arabe. J’aimerais que cet exemple soit de mise non seulement dans notre pays, mais aussi ailleurs, dans d’autres pays arabes. »
M. Abdessalem s’est penché, également, sur le nouveau rôle que pourrait jouer la Tunisie dans la région, notamment en ce qui concerne la Syrie. Il espère ainsi que son pays sera un exemple à suivre, à l’instar du modèle turc.
Commentant le résultat des élections en Égypte, le ministre a souligné que les relations entre les pays n’ont pas pour base l’idéologie mais les intérêts communs : « Je ne suis pas pessimiste face à l’arrivée des islamistes en Égypte ».

M.Kh
 

Commentaires
Ajouter un nouveau
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."

 

MédiaPub: Vidéo,Audio,Reportages...

PUB 336x280

Retrouvez-nous sur Facebook

 

PUB 336x280


 

 

 

 

 

NEWELETTER
Get our toolbar!