Investir En Tunisie

Tunisie-Pluies d’automne à Bizerte : le plan d’urgence mis en application

Le plan régional de prévention contre les catastrophes naturelles a été mis en exécution dans la ville de Bizerte suite aux pluies diluviennes qui s’étaient abattues, vendredi dernier, à la veille des fêtes de l’Aïd Al Idha.

Les premières averses d’automne quoiqu’attendues ont été si violentes mais ont étonné plus d’un, car, l’on était assuré que les sinistres vécues précédemment par toute les cités de la région avaient poussé à des mesures destinées à limiter les méfaits de ces averses. Cependant, rien ne laissait penser que les travaux de rééquilibrage du réseau d’évacuation des eaux pluviales aient été d’une quelconque utilité, ni que les interventions pour le curage des oueds ou pour le débouchage des conduites aient été efficaces. Après une bonne demi-heure de précipitations continues, une immense partie des artères de la ville s’est retrouvée noyée, des commerces et des habitations submergés, le trafic totalement paralysé, la circulation des gens interrompue. Les services compétents s’étaient certes mobilisés avec la célérité requise et les moyens disponibles –toujours insuffisants pour de tels événements-
Des secours ont été portés à des citoyens surpris par les quantités d’eau qui avaient envahi leurs demeures et restés bloqués à domicile. Des habitations vétustes ont subi des dommages, mais leurs occupants étaient sains et saufs. Les interventions musclées des services de la protection civile et de l’ONAS ont permis une décrue rapide des eaux et une reprise normale de la vie, bien que ces averses aient eu lieu en début de soirée.
Mais l’on ne peut se retenir, en toute logique, de s’interroger sur l’efficacité des projets réalisés en vue de se protéger contre le fléau saisonnier de « ghassalet enouader » et d’émettre des doutes quant à leur efficacité dans la protection des personnes et des biens.
Beaucoup de travail reste à faire, aussi bien au chef-lieu de la région que dans les autres grandes cités qui vivent périodiquement de tels moments éprouvants.

 

 

 

M. BELLAKHAL

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More