Investir En Tunisie

Tunisie-Restauration touristique : le bout du tunnel !

Les restaurants sont vides. Ils accusent une sévère baisse de régime en cette période hivernale.

La fréquentation des établissements a chuté de plus de 50% comme en témoignent les restaurateurs au cours d’une réunion organisée samedi 28 février par la Fédération tunisienne des restaurants touristiques en présence de tous les restaurateurs du Cap Bon.
«Cette tendance est d’autant plus inquiétante que le marché reste en recul par rapport à 2014 », a souligné Mohamed Haoues, directeur exécutif de la Fédération, qui estime que cette troisième rencontre de Hammamet vise à diagnostiquer cette crise et émettre des mesures urgentes pour secouer le secteur en crise.
« Aller au restaurant devenant une occasion plus rare, le client tunisien fait son choix sur des critères plus affectifs et va favoriser un établissement qu’il connaît et qui va lui apporter des garanties de qualité. Or, certains restaurateurs n’offrent pas le produit souhaité ni le produit exigé par le client. Ceci sans parler des prix affichés qui dépassent les bornes. Il est vrai que les Tunisiens et les touristes sont contraints à se serrer la ceinture. Cette conjoncture défavorable a entraîné une chute de la fréquentation », a affirmé Hamadi Ben Zaied.


Pour sa part, Karim Mrad a indiqué que les intrus et les businessas ont terni l’image du secteur. La hausse des nombreuses charges (TVA notamment) a contribué à ce malaise…tout cela sans compter le coût élevé des boissons, de la SONEDE et de la STEG.
Pour Néjib Touhami, président de la Fédération régionale des restaurants touristiques du Cap Bon, l’all inclusive a tué le secteur. « On retient les touristes à l’hôtel qui ne dépensent, pratiquement, aucun sou en Tunisie. Pas même pour un casse-croûte, ou un petit café pendant une hypothétique promenade en ville. Ce qui se répercute d’une façon négative sur nos recettes », a-t-il ajouté.
Mohamed Kouka, Président de la FTRT, a déclaré que le plan anti-crise consiste à restructurer le secteur. « Nous devrons revoir la classification des restaurants, la TVA, les charges fiscales, l’horaire de fermeture, l’all inclusive… », a-t-il dit.

M.Y
Crédits Photos : Rached Berrazegua

 

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More