« BIZERTE SMART CITY », les citoyens de plus en plus acquis à la démarche

L’association « Bizerte 2050 » a mis sur le métier son ouvrage relatif au programme ambitieux qu’elle a initié en vue de faire de Bizerte une Smart City, c’est-à-dire une ville durable où les différents services qui s’adressent au citoyen se trouvent gérés digitalement, en se basant sur les dernières applications numériques développées tant en Tunisie, par des start-up novatrices, qu’à l’étranger par des entreprises confirmées.
L’association a organisé une conférence de presse, jeudi dernier, dans laquelle un ordre du jour a été établi concernant les activités de l’année 2017, un compte rendu de la participation de « Bizerte 2050 » au forum international des ville intelligentes, tenu à Barcelone (14-16 novembre 2017), enfin les préparatifs déjà engagés pour l’organisation à Bizerte du 2ème congrès « Bizerte Smart City » (18-20 avril 2018)
Plusieurs actions ont été menées depuis que, dans l’esprit de jeunes compétences bizertines, a germé cette brillante idée décriée pourtant par nombre de Bizertins dont on est tenté de dire qu’ils dénient à leur ville une évolution pourtant légitime mais qui tarde à se mettre en place.
Pour clarifier le concept de « ville intelligente », un travail de sensibilisation est rondement mené. Il s’adresse aux citoyens d’abord, premiers intéressés par l’évolution de leur cité. Aux médias ensuite, sachant l’impact qu’ils ont sur les consciences. Pour les autorités, cependant, la campagne est menée afin de les convaincre des bienfaits du programme et pour leur montrer quels sont les bénéfices et retombées pour les citoyens, les institutions publiques locales et étatiques ainsi que pour les entreprises privées. Dans le but évident de les gagner à la cause.
Lors de la conférence de presse qui a réuni une vingtaine d’organes de l’information, et en réponse à des questions combinées, le président de l’Association, Borhène Dhaouadi, a expliqué que Bizerte Smart City allait, dans un premier temps intégrer le programme Smart Tunisia, avant de basculer en Unité de Gestion Par Objectif (UGPO) ou en Société d’Economie Mixte à Objectif Particulier (SEMOP) et devra être dotée de son propre budget pour réaliser son programme en autonomie. Il a mis en relief la fierté de l’équipe et souligné l’enthousiasme affiché par les partenaires mais également l’engagement des acteurs tant financiers, publics et privés, que des citoyens, de plus en plus acquis à cette démarche qui s’inscrit dans l’intérêt exclusif de la cité et des contribuables,, car visant l’inclusion sociale, la gouvernance l’économie locale et communautariste.
Les questions ont ensuite porté sur la participation de « Bizerte 2050 » au Forum international des villes intelligentes de Barcelone (14-16/11/2017). Unique ville arabe (si l’on excepte Dubaï) et africaine à être présente au Fira de Barcelone, important rendez-vous des cités mondiales ayant lancé une démarche de transformation digitale. L’expérience tunisienne encore en gestation a fait tout d’abord la promotion du pays et de la ville et fait admettre aux entreprises et villes participantes de la volonté de la ville de Bizerte et d’autres villes tunisiennes de s’engager dans cette démarche. M. Dhaouadi a expliqué qu’il n’était nullement question pour Bizerte ou n’importe quelle ville de Tunisie de copier ces villes, tant il est vrai que chaque cité ayant son statut et ses spécificités propres ne saurait appliquer un modèle particulier. Cependant, c’est l’expérience de ces villes qui devrait guider les actions tunisiennes en ce domaine de digitalisation multiforme tout en veillant à préserver, dans cette approche de ville intelligente, les caractéristiques historiques, culturelles, environnementales….
Le 3ème point a soulevé les préparatifs de la 2ème édition du Congrès international « Bizerte Smart City » (18-20 avril 2018) au palais des congrès de Bizerte, lequel connaît une heureuse résurrection après de longues années de délaissement. Cette seconde édition se veut davantage ambitieuse et devant être une belle opportunité pour renforcer l’adhésion générale à cette démarche. Elle devra permettre d’appréhender les enjeux d’attractivité du territoire pour assurer de meilleurs conditions de vie aux citoyens et aux partenaires extérieurs.
Cependant, et d’une manière plus concrète, l’Association initiatrice du programme « Bizerte Smart City » se déclare consciente de la nécessité de bâtir une vision stratégique et opérationnelle qui doit donner une feuille de route concrète et détaillée comprenant les modes de financement et d’application du programme. L’autre certitude est qu’il faut absolument envisager le déblocage de quelques projets de preuve par l’exemple, à court terme, devant permettre de montrer concrètement au citoyen l’intérêt de ce programme.

M. Bellakhal

Articles similaires