Bizerte : Convention participative pour le nettoyage et l’entretien des cimetières de la ville

Ahmed Hanini est un citoyen de Bizerte résidant et travaillant en France. Régulièrement, il rend visite à sa ville natale et ne manque pas une occasion pour déplorer l’état de délabrement avancé des cimetières de la ville et surtout l’indifférence affichée par la mairie pour ces dernières demeures de nos défunts proches et amis. « Investir-en-Tunisie » a consacré un article à ce sujet, destiné à attirer l’attention des responsables locaux afin qu’ils accordent davantage de sollicitude à ces lieux de repos éternel. Sans beaucoup de résultats, faut-il le rappeler.

nettoyage-cimetieres-bizerte-1Confronté à l’insouciance des autorités pour le problème, M. Hanini a pris l’initiative personnelle, qui avait débuté l’an dernier, pour laquelle il a usé de ses propres moyens pour nettoyer les deux cimetières d’El Aïn et de Bennour. Le résultat ne fut pas spectaculaire, l’on s’en doute, malgré une volonté évidente de M. Hanini de conférer aux deux champs du repos un aspect moins incommodant. Mais sa ténacité est plus forte que les difficultés et pour cette année, il a créé une association dénommée « Aïni 3ala bladi » (un regard sur ma ville) dont il a été élu président. Au programme des activités figurent, l’on s’en doute, ces actions de nettoyage des cimetières. Pour que son action soit légale, l’association a procédé à la signature avec la délégation spéciale de Bizerte d’un protocole de partenariat mandatant l’association à entreprendre des travaux d’entretien et de nettoyage dans les deux cimetières de la ville, à charge pour les services municipaux d’enlever les déchets générés. Les travaux ont été entamés le 20 mars et se poursuivent avec beaucoup d’entrain avec la participation de bon nombre de bénévoles et d’associations partenaires. La tâche s’annonce rude, mais la détermination de M. Hanini, bien épaulé par son vice-président Lotfi Saïd et tous les membres du comité de l’Association, semble plus inébranlable et la tâche sera, assure-t-on, menée à son terme.

M. Bellakhal

Articles similaires