Huîtres de Bizerte : une filière, des valeurs

Le Pôle de Compétitivité de Bizerte (PCB) a organisé, hier, mardi 7 février 2017, un workshop sur le thème « Huîtres de Bizerte : une nouvelle marque collective, un cluster régional initié ». Cette activité s’inscrit dans le cadre de la politique de valorisation des produits agroalimentaires tunisiens et de la stratégie mise en place pour répondre aux besoins des opérateurs en matière d’innovation technologique de formation et d’information.
Le PCB s’est assuré la collaboration du projet « Skills for Trade and Economic Diversification » (STED) organisme dont l’objectif général est d’intégrer les stratégies de développement des compétences dans les stratégies de développement sectoriel afin d’élargir les possibilités de création d’emplois décents dans les secteurs d’exportation prioritaires.
Des professionnels de la conchyliculture de Bizerte ainsi que des étudiants ont participé à cette rencontre.
Lors de cette rencontre, l’assistance a appris que la région de Bizerte produit annuellement 200 tonnes d’huîtres et de moules d’excellente qualité charnues et contenant un bon indice d’oméga 3 et6 ainsi que d’autres éléments nutritifs (vitamines B12, C, iode, phosphore, etc…). cependant, fait-on savoir, la demande demeure faible, la consommation de ces coquillages étant exclue des traditions culinaires tunisiennes. L’on incrimine tout autant une politique de marketing trop frileuse, une communication quasi absente et l’absence d’une marque commerciale collective. En fait l’écoulement de la majeure partie de la production se fait avec les restaurateurs, essentiellement ceux de la capitale, et naguère avec ceux des zones hôtelières du Sahel et du Cap Bon.

huitres-bizerte-1Compte tenu de ces données, le PCB a prévu de réunir, dans un atelier, les producteurs et les spécialistes du secteur dans le but de renforcer la filière conchylicole dans la lagune de Bizerte, d’une part et, d’autre part, en lançant l’initiative de création d’un cluster huîtres tout en renforçant les compétences des producteurs d’huîtres. Ces initiatives visent naturellement à promouvoir les coquillages de Bizerte à l’échelle régionale, nationale et surtout internationale qui, assure-t-on, manifeste un véritable engouement pour le produit tunisien.
Cependant, la promotion des huîtres tunisiennes achoppe sur deux problèmes de taille : l’emballage alimentaire et l’absence d’une marque collective privée. Aujourd’hui, tout le monde est convaincu de l’importance que revêt le conditionnement d’un produit aux yeux du consommateur mais également sa visibilité grâce à une marque collective. Aussi, a-t-on organisé plusieurs réunions préalables en vue de sensibiliser les producteurs à la nécessité de valoriser le produit par un emballage amélioré et innové. Pour cette dernière initiative, le centre Technique de l’Emballage et du Conditionnement (Packtec) a été sollicité en vue d’assurer à l’intention des producteurs un programme de perfectionnement et de formation continue au profit de l’ensemble des opérateurs du secteur. Quant à la seconde initiative, les parties engagées ont convenu de se présenter dorénavant sous une marque et un logo collectifs privés. Ainsi se trouvé née la marque « Bizerta Queen » qui sera synonyme de qualité spécifique et de provenance mais également un soutien de la filière pour garantir sa pérennité.
Après débats, une séance de dégustation des huîtres diversement accommodées a été proposée dans le but de sensibiliser le consommateur à la valeur nutritive des produits conchylicoles dont on espère qu’ils seront introduits dans les habitudes alimentaires du Tunisien.

M. Bellakhal

Articles similaires