Le FIDA octroie à la Tunisie 24 millions de dollars

En Tunisie, dans cinq districts du gouvernorat de Siliana dont les populations sont parmi les plus défavorisées du pays, plus de 110 000 personnes bénéficieront de l’accord financier conclu entre le Fonds international de développement agricole (FIDA) et la Tunisie.
L’accord en faveur du projet de promotion des filières pour le développement territorial de Siliana (PROFITS), dont l’objectif est de créer des opportunités d’emploi durables, a été signé à Rome par Kanayo F. Nwanze, président du FIDA, et Moez Sinaoui, ambassadeur de la République Tunisienne à Rome.
Le coût total du projet s’élève à 34,2 millions d’USD, auquel le FIDA contribue à hauteur de 23,6 millions d’USD sous forme d’un prêt et de 0,5 million d’USD sous forme d’un don. La contribution du gouvernement tunisien représente 7,6 millions d’USD et celle des bénéficiaires 2,5 millions d’USD.
« Ce projet novateur, qui est axé sur les filières susceptibles d’ouvrir des perspectives à tous les partenaires, met à profit l’expérience du FIDA en Tunisie », déclare Annabelle Lhommeau, chargée de programme de pays pour la Tunisie au FIDA. « Le développement des filières est considéré comme un levier important pour accroître les activités tant agricoles que non agricoles et renforcer les moyens d’existence et les revenus des populations vulnérables ».
L’agriculture joue un rôle crucial pour la sécurité alimentaire du pays et occupe une place déterminante dans l’économie tunisienne qui, en 2007-2008, a été durement frappée par la crise mondiale des prix des denrées alimentaires. Il est essentiel, surtout dans les régions touchées par la pauvreté, le chômage et la dégradation des ressources naturelles, de développer des filières agricoles susceptibles de mobiliser toutes les parties prenantes tout en protégeant les intérêts des groupes vulnérables.
La région d’intervention se situe principalement dans des zones montagneuses du pays, entre 600 et 1 300 mètres au-dessus du niveau de la mer, où les terres sont adaptées à l’arboriculture fruitière. Les bénéficiaires directs de ce projet, dont le but est de développer durablement les filières en tirant parti de la diversité des terroirs de la région, seront les petits agriculteurs, les jeunes et les femmes, soit au total 14 000 personnes. Le projet appuiera la reconversion des exploitations en vergers et favorisera également les activités d’élevage ainsi que le lancement de micro-entreprises.
Depuis 1980, le FIDA a contribué à hauteur de 194,6 millions d’USD à 13 projets et programmes de développement en Tunisie, représentant un montant total de 453 millions d’USD et dont 125 850 ménages ont tiré des avantages directs.

Articles similaires