Un tournant décisif dans les échanges Tuniso-grecs

Signature d’un Memorandum of Understanding
Entre le CEPEX et ENTREPRISE GREECE

Le CEPEX et ENTREPRISE GREECE, son homologue hellénique, ont mis en œuvre leur vision stratégique et objectif commun de voir la coopération Tuniso-grecque franchir un cap supérieur en signant, mardi 01 novembre 2016, à la Maison de l’Exportateur un Memorandum of Understanding (MOU) qui comprend en son sein un champ de coopération très ambitieux et une batterie d’activités qui relève d’une approche bidimensionnelle.

Le Memorandum stipule, d’une part, le renforcement de la coopération institutionnelle entre les deux organismes en question à travers la création de canaux d’échange d’informations commerciales, réglementaires et concurrentielles sur leurs marchés respectifs, et également par l’activation des réseaux diplomatiques et d’affaires dans les deux pays pour baliser les préalables d’une nouvelle ère de coopération économique et commerciale plus entreprenante.

D’autre part, cette convention de partenariat accorde une attention particulière aux actions promotionnelles et à l’échange de visites d’Hommes d’affaires dans les deux pays dans le but d’élargir la palette des produits échangés qui se limitent aujourd’hui à quelques produits chimiques, manufacturés (papier, appareils et instruments…) et à moindre mesure agroalimentaires (dattes et produits de la mer).

La cérémonie de signature s’est déroulée en présence de Mme. Aziza Htira, PDG du CEPEX et M. Velissarios Dotsis, PDG d’Entreprise Greece, les deux parties prenantes de cette convention et acteurs fondamentaux pour l’exécution de ses énoncés.

La présence de M. Sabri Bachtobji Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères, accompagné par son homologue M. Dimitris Mardas Secrétaire d’Etat aux affaires étrangères de la République hellénique et de Mme. Teresa Paraskevi Angelatou Ambassadrice de Grèce à Tunis, atteste de la sollicitude des autorités des deux pays à écrire une nouvelle page dans les relations Tuniso-grecques qui ambitionnent de donner un sursaut substantiel au trend des échanges commerciaux.

En dépit des récents tumultes qui ont secoué le pays et généré un scepticisme palpable dans le milieu des affaires, l’économie grecque commence à reprendre du poil de la bête et à inverser la tendance vers un rétablissement probant comme l’atteste l’inflexion des principaux indicateurs macro-économiques (amélioration de la croissance du PIB, maitrise de l’inflation, balance des transactions courantes…).

Par-delà les aléas de la conjoncture, l’appréhension du marché grec se doit d’être repensée à l’aune des énormes possibilités d’échanges et des pistes de collaboration évidentes qu’offrent les deux marchés d’autant que les procédures d’usage et pratiques commerciales en vigueur en Grèce sont celles de l’Union Européenne avec qui nous jouissons d’un accord de libre échange et d’une familiarisation irréfutable.

Cette convention arrive à point nommé pour renverser la vapeur et donner le coup d’accélérateur tant escompté par les deux parties à condition de l’exploiter à bon escient et d’en tirer le maximum d’avantages au profit des opérateurs économiques des deux pays.

Rappelons que les échanges commerciaux entre la Tunisie et la Grèce n’arrivent guère à franchir le seuil requis eu égard à l’étendue du champ de coopération et des perspectives probantes pour hisser le volume commercial dans les deux sens et qui se situe timidement aux alentours de 315 Millions de Dinars en 2015 (avec un excédent en faveur de la Grèce).

Articles similaires