En Tunisie, les entreprises allemandes sont en situation d’attente !

L’enquête annuelle de la Chambre Tuniso-Allemande de l’Industrie et du Commerce (AHK Tunisie) des entreprises allemandes installées en Tunisie montre que celles-ci ont des sentiments mitigés en ce qui concerne l’avenir. Cela est mis en évidence par différents chiffres.
D’un côté, la part des entreprises dont le chiffre d’affaires a augmenté en 2015 est restée, avec 56%, relativement stable par rapport à l’année précédente (53%). D’un autre côté, la part des entreprises dont le chiffre d’affaires a diminué a connu une augmentation considérable de 17% en 2014 à 32% en 2015. Les attentes pour l’année en cours sont mitigées : 37% des entreprises s’attendent à une hausse de leur chiffre d’affaires, taux le plus bas depuis 2010. 23% s’attendent même à une baisse de leur chiffre d’affaires. 39% ne prévoient aucun changement.
Durant l’année en cours, 18% des entreprises comptent sur une augmentation de leur effectif, le même pourcentage s’attend à une baisse. 59% des entreprises ne prévoient pas de changement.
Au niveau des investissements, les entreprises sont également en situation expectative. Près de la moitié des entreprises allemandes en Tunisie ne comptent pas modifier leur volume d’investissement par rapport à l’année précédente. Un tiers des entreprises souhaite élargir son volume d’investissement, ce qui correspond à un des taux les plus faibles depuis 2010.
Les entreprises allemandes continuent cependant à investir dans le capital humain du futur. 79% des entreprises forment des jeunes afin de les préparer à la vie professionnelle. 58% d’entre elles coopèrent même avec des centres de formation publics.
L’avantage principal de la Tunisie reste sa proximité géographique vers l’Europe. Presque toutes les entreprises interrogées (90%) l’ont confirmé. Une infrastructure fonctionnelle, qui permet des livraisons just-in-time vers l’Europe, promouvant ainsi l’échange économique, est donc indispensable. 44% des entreprises considèrent les incitations fiscales comme le deuxième avantage le plus important de la Tunisie. Selon Raouf Ben Debba, président de l’AHK Tunisie, la politique économique actuelle du pays devrait donc garder cet avantage, voire même le développer.
77% des entreprises allemandes installées en Tunisie revendiquent plus de stabilité sociale, 69% demandent un allègement des structures bureaucratiques. Le taux des entreprises critiquant les obstacles bureaucratiques n’a, durant les cinq dernières années, jamais été aussi élevé, dit Dr. Martin Henkelmann, directeur général de l’AHK Tunisie. Les entreprises voient des problèmes concrets surtout au niveau de la douane, de la banque centrale et de la municipalité.

Articles similaires