EY-Baromètres : Intentions réelles d’investissement en 2016

Le ‘‘Baromètre 2016″ des Entreprises en Tunisie a été publié dans sa 4ème édition par EY Tunisie afin d’exprimer un éclairage objectif et professionnel du moral, préoccupations et des perspectives des dirigeants d’entreprises.
Ce baromètre 2016 exprime et analyse les témoignages des chefs d’entreprise et leaders d’opinion sur la situation économique actuelle et le contexte d’ensemble durant cette période de transition mouvementée que connaît le pays.
Pour cette édition, l’étude a touché 88 groupes et entreprises représentant plus de 130 000 salariés et un chiffre d’affaires cumulé de 16 000 millions de dinars.
Malgré une stabilité politique apparente, seuls 15% des dirigeants d’entreprises estiment que la situation politique est bonne, contre 19% en 2014.

Des intentions réelles d’investissement, malgré un climat d’investissement défavorable
Concernant la stratégie d’investissement et création d’emploi en Tunisie, les pronostics des dirigeants quant à l’évolution du climat d’investissement au cours des douze prochains mois apparaissent mitigés et dans la retenue, puisque 38% d’entre eux s’attendent à une dégradation de climat d’investissement et un tiers seulement prévoit une amélioration légère. Toutefois, les entreprises semblent déconnecter leur stratégie d’investissement du climat d’investissement ambiant. En effet, elles ne sont plus que 8% à envisager de réduire leurs investissements. Ainsi, malgré des prévisions peu reluisantes si l’on combine stabilité et dégradation (soit 69%), les dirigeants comptent, en grande majorité, augmenter ou maintenir leurs investissements.
En effet, l’analyse par nationalité de l’investisseur présente à ce titre un intérêt particulier. A ce titre, les entreprises 100% tunisiennes affichent des intentions fortes d’augmentation de l’investissement (54% des répondants). Ceci constitue un inversement de tendance par rapport au Baromètre 2014, puisqu’à l’époque, seules 32% des entreprises tunisiennes envisageaient d’augmenter leurs investissements, contre 49% pour l’ensemble de l’échantillon.
Quant aux entreprises 100% étrangères, elles sont 38% à envisager d’accroître leurs investissements et 48% à les maintenir, ce qui ramène le taux global des entreprises étrangères qui maintiennent ou augmentent leurs investissements à 86%.

Perspectives mitigées d’investissement dans les régions de l’intérieur en Tunisie
La moitié des dirigeants interrogés exclue d’investir dans des régions de l’intérieur dans un horizon prévisible. Ils mettent en avant la conjoncture actuelle qu’ils jugent défavorable, l’absence d’attractivité intrinsèque de ces régions mais également le manque de visibilité politique, sociale et sécuritaire dans ces régions. L’expansion d’activité est présentée comme la principale motivation des entreprises qui envisagent d’investir dans les régions de l’intérieur. Celles-ci sont ainsi perçues par certains dirigeants d’entreprises comme une nouvelle frontière, des zones d’activité peu explorées que ce soit sur les plans commerciaux, logistique ou production.

Actions à réaliser pour répondre à la conjoncture actuelle
Les actions envisagées en 2016 pour répondre à la conjoncture contrastent avec celles qui avaient été annoncées dans le cadre du Baromètre 2014. En 2014, les entreprises étaient sur la défensive et citaient des mesures à caractère conservatoire, telles que la mise en place de programmes de réduction de coûts (50%) ou le report d’investissements prévus (28%). En 2016, même si les programmes de réduction de coûts sont toujours envisagés par 45% des répondants, d’autres actions plus tournées vers l’avenir sont citées, telles que le partenariat, l’augmentation des fonds propres et la croissance externe.

Source : Baromètre 2016 des entreprises en Tunisie / EY

Articles similaires