40 000 dinars pour remédier aux effets nocifs du COKE à Menzel Bourguiba

La pression de la société civile a démontré encore une fois son efficacité sur les prises de décision. Et c’est bien malheureux, certaines questions et problèmes pouvant être évités ou résolus avec du bon sens, du bon vouloir, du courage et…quelques moyens.
L’affaire du transport du coke de pétrole à travers les rues de la ville de Menzel Bourguiba est de celles qui auraient été facilement évitées, si l’on avait pensé un peu plus à l’intérêt général et réduit les ambitions mercantilistes. En tout état de cause, il est à craindre que toute autorité soit poussée à traiter les problèmes qu’elle cause à la communauté sous la pression ou la menace. Et c’est dommage !
La preuve de ce que nous avançons est que suite aux nombreuses manifestations de la population de Menzel Bourguiba contre les atteintes portées à leur ville par le transport de ce produit fortement polluant, voire dangereux pour la santé, des mesures viennent d’être prises dans le sens de remédier aux maux provoqués par de longues périodes de pollution au coke de pétrole. En effet, selon le directeur régional du développement du gouvernorat de Bizerte, la Chambre nationale des cimentiers a alloué un budget estimé à 40 mille dinars destiné à réparer les effets néfastes et nocifs laissés par cette pratique de transport : il s’agira de nettoyer le parcours maculé, de supprimer les points noirs et de réaliser des ralentisseurs au sortir des quais.

M. Bellakhal

Articles similaires