La production pétrolière de la Tunisie régresse à 50 mille barils par jour

/images/articles/petrole_2015-850x350.jpg

La production de pétrole en Tunisie a régressé à 50 mille barils par jour et le gouvernement œuvre à aider les sociétés pétrolières installées en Tunisie à surmonter les difficultés, au moment où certaines d’entre elles envisagent de quitter.

Le ministre de l’énergie et des mines Mongi Marzouk a ajouté dans un entretien accordé à l’agence TAP que l’Entreprise tunisienne d’activités pétrolières (ETAP) œuvre à garantir la pérennité des activités des sociétés étrangères opérant en Tunisie, dans un contexte marqué par une baisse des prix sur le marché international et l’essoufflement de la production de certains champs pétroliers.
« Des sociétés ont exprimé leur intention de quitter le pays » a-t-il dit, notant que le coût de la production en Tunisie dépasse actuellement le prix de vente dans les marchés internationaux.
Concernant la société Petrofac, installée à Sfax qui a menacé de quitter le pays, Marzouk a souligné qu’il a été décidé de transmettre le dossier des sit-inneurs à la présidence du gouvernement en vue de tenir un conseil ministériel sur ce dossier. Environ 266 diplômés du supérieur bloquent le site de la société Petrofac, à Kerkennah ce qui a poussé l’investisseur britannique à demander la fermeture du site et à mettre 1200 agents de la société au chômage technique.
Le ministre a indiqué que la production de pétrole en Tunisie a régressé à 50 mille barils quotidiennement alors que la production du gaz naturel a atteint 6,5 millions mètres cubes quotidiennement.
Il a souligné que la régression de la production de pétrole est liée à la crise de pétrole sur le marché international surtout que les puits à faible rendement sont devenus non rentables pour les sociétés internationales.
Marzouk a relevé que le ministère prépare l’organisation d’une journée porte ouverte sur le secteur pétrolier, le 26 mars 2016, en vue de présenter des données sur le secteur.
Il a précisé que cette manifestation permettra aux acteurs et experts ainsi qu’à la société civile de prendre connaissance des dossiers du pétrole, objet de controverse depuis la révolution outre la présentation d’information sur l’évolution de la production et de la consommation de pétrole en Tunisie.
Le ministre a affirmé que le département publiera au cours du mois de mars les textes d’application de la loi sur les énergies renouvelables adoptée l’année dernière, par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Il a ajouté que ces lois permettront d’exploiter les ressources nationales dans le domaine des énergies renouvelables et de réglementer la relation entre les producteurs de ces énergies et les sociétés de commercialisation, notant que les autres projets de production tels que le projet « TUNUR » seront soumis aux conditions, prévues dans le cahier des charges relatif à la production des énergies renouvelables.
Les textes d’application sont publiés sur le site du ministère pour recueillir les avis des intervenants dans domaine. Marzouk a précisé que le ministère œuvre à actualiser le code des hydrocarbures pour qu’il soit conforme à la constitution et de manière à introduire les principes relatifs à la bonne gouvernance et la diffusion des contrats.
Il a ajouté que l’élaboration des textes d’application de la loi sur la production des énergies renouvelables permettra de déterminer les besoins en matière de subvention pour la production annuelle de ces énergies dans le pays.

D’après TAP

Articles similaires