Un jour de suspension d’activité à Carthage Cement coûte 1 million de dinars à l’économie tunisienne

/images/articles/Carthage-cement-2016.jpg

Radhi Meddeb, président du conseil d’administration de Carthage Cement, a indiqué que depuis la Révolution de 2011, la Tunisie a connu une série indéterminée de mouvements de protestation qui mènent à la suspension des activités de plusieurs entreprises actives dans divers domaines. 

« Ces mouvements coûtent très cher, aujourd’hui, et leur facture ne cesse de s’alourdir. C’est le cas de Carthage Cement, en suspension d’activité depuis une semaine. Les chômeurs ont bloqué la route menant à la société afin d’obliger les dirigeants à suspendre toutes les activités. Cet incident se reproduit tous les deux mois », a-t-il ajouté lors de son intervention sur Express FM.
Selon les estimations de M.Meddeb, un jour de suspension d’activité à Carthage Cement coûte environ 1 million de dinars à l’économie tunisienne. « Ces protestataires réclament en priorité leur recrutement, alors que la société est en sureffectifs. Des usines de sa taille travaillent avec 300 personnes alors que Carthage Cement emploie, actuellement, environ 1200 personnes avec une masse salariale annuelle de 25 millions de dinars », a-t-il encore précisé.

M.Kh

Articles similaires