L’OMS dramatise-t-elle sciemment le virus Zika ?

/images/articles/OMS-635.jpg

Alors que l’épidémie Zika se propage inexorablement suscitant l’inquiétude du monde et la mobilisation générale de lutte contre le virus, certains spécialistes et médecins accusent l’OMS (Organisation mondiale de la santé) de transformer un virus banal en menace mondiale. 

Pour ces experts, la relation attribuée par l’OMS entre le virus Zika et les cas de microcéphalies est tout simplement aberrante et de donner pour argumentation l’existence au Brésil, à titre d’exemple, de seulement 270 cas confirmés et de seulement 6 cas ayant le virus Zika sur 3448 cas recensés. Les détracteurs de l’attitude de l’OMS rappellent qu’une étude datée de 2009 d’une revue de neurologie avait recensé quelque 25 000 cas de microcéphalies rien qu’aux aux Etats-Unis. L’on s’interroge dès lors sur les raisons pour lesquelles ces nombreux cas n’avaient pas inquiété le gouvernement américain outre mesure, alors que les 270 cas au Brésil ont motivé l’OMS à déclarer le virus comme une menace et une urgence de santé publique mondiale. Ces critiques renchérissent en faisant remarquer que rien ne donne une preuve objective d’une relation de causalité entre le virus et les cas de microcéphalies. Et de se demander si d’autres causes plausibles à ces cas.
Certains évoquent une étude scientifique suggérant que les pesticides pourraient provoquer ces types de malformation congénitale et que le Brésil étant l’un des plus grands consommateurs de pesticides au monde, il était normal que des cas de microcéphalie apparaissent. L’on n’hésite pas alors de parler d’une pseudo-relation entre cette malformation et le virus Zika dont on n’a pour le moment aucune preuve et l’on dénonce un branle-bas de combat de l’OMS.
Et les experts en question de conclure que Le virus Zika, pour lequel l’OMS agite le spectre d’une pandémie mondiale, semble au final plutôt banal. Il n’est pas mortel, ne provoque pas de symptômes graves mais simplement une sorte de syndrome grippal. Il y a plusieurs études scientifiques qui attestent d’un lien entre les pesticides et les cas de microcéphalies. Parallèlement, aucune preuve sérieuse n’évoque un lien de causalité entre le virus Zika et les cas de microcéphalie. Malgré cela, plusieurs pays recommandent aux habitants de reporter leurs grossesses (plusieurs mois à plusieurs années selon les pays). Il convient de rappeler également que l’on ignore quels effets peuvent avoir les moustiques génétiquement modifiés financés par Bill Gates qui ont été lâchés au Brésil ni s’ils peuvent constituer un problème de santé publique.

Investir en Tunisie

Articles similaires