Tunisie : à Ousja, un imam refuse la prière des morts pour deux agents de la sécurité

/images/articles/Ghar-El-Melh.JPG

Et voilà revenues les idées stupides et simplistes, nées et cultivées dans des ciboulots bornés et obtus, avec l’inflexible ténacité des cabochards. L’on pensait avec notre indécrottable candeur que les multiples et incessants appels au bon sens pouvaient influer sur des individus appelés pompeusement imams et chargés, par une autorité peu regardante, de conduire les fidèles et de les orienter vers la bonne voie. L’on ne cesse de comptabiliser nos méprises, hélas. 

La dernière nous est parvenue du village de Ousja (Ghar-El-Melh, Bizerte) où un hurluberlu, faisant fonction d’imam a refusé de conduire la prière des morts pour deux agents de la sécurité, sous le prétexte spécieux que les défunts « ne pratiquaient pas la prière ».
Le prédicateur régional, tout en condamnant cette conduite, a convoqué et écouté la personne qui a reconnu les faits. A l’issue de quoi, un rapport a été rédigé et adressé au ministère des Affaires religieuses qui aura à statuer sur les suites à donner à cette affaire. D’un autre côté, nous avons appris que des proches des défunts ont annoncé leur intention de porter plainte contre l’imam de la mosquée Errahma pour abus de droit et de position.

M. Bellakhal

Articles similaires