L’Agence japonaise R&I dégrade la notation de la Tunisie: un investissement de plus de 20 ans parti en fumée

L’Agence japonaise de notation financière « R and I » vient de dégrader la notation souveraine de la Tunisie de BBB- a BB + avec une perspective négative.

 Ce n’est pas la première fois que la Tunisie se trouve dégradée loin s’en faut mais cette dernière dégradation fait particulièrement mal et a plus d’une portée :
C’est d’abord la dernière Agence de raiting qui a maintenu le grade d’investissement et avec cette dernière dégradation la Tunisie a perdu cette qualité auprès de toutes les agences.
C’est ensuite une dégradation décidée par une Agence qui a beaucoup cru à notre pays, qui a accompagné sa première entrée sur le marché financier international en 1994 et en particulier sur le marché Samouraï et qui a fait accéder la Tunisie au club des pays classés À en 2007 en lui attribuant la notation A- . Depuis cette date la Tunisie aurait perdu quatre crans .C’est donc une parenthèse de plus de vingt ans qui se ferme aujourd’hui et un investissement important consenti par des personnes patriotes et compétentes qui est parti en fumée en l’espace de cinq ans.
Pour ceux qui considèrent que l’accès au marché financier international et par conséquent le recours à une agence de raiting comme une atteinte à la souveraineté d’un pays je leur dit que c’est absolument faux. Bien au contraire l’accès à ce marché fournit une alternative de financement et met les pays à l’abri de la pression et des conditions imposées par les organisations financières internationales multilatérales .Malheureusement cette alternative n’existe quasiment plus pour la Tunisie qui n’a plus de choix que de se soumettre aux fameuses matrices de condition alités ou d’accepter des charges financières exorbitantes qui hypothèqueraient l’avenir des générations futures .
Beaucoup de mes amis me posent la question : que faire? A ceux là ma réponse est claire, il faut d’abord une vision et un programme, le reste relève de solutions techniques que les spécialistes sauront trouver.

Tawfik Baccar, ancien gouverneur de la BCT

Articles similaires