Tunisie : la liste des projets à réaliser dans le cadre du partenariat public-privé sera annoncée prochainement

La liste des projets qui seront réalisés dans le cadre du partenariat public-privé (PPP), sera annoncée au cours du mois de mars 2016, a annoncé Belgacem Ayed, directeur général des infrastructures au ministère du développement, de l’investissement et de la coopération internationale.

Intervenant, samedi, lors d’une conférence organisée par la confédération des entreprises citoyennes de Tunisie (CONECT) sur le thème «le partenariat public-privé : moteur de développement régional», Ayed qui n’a pas voulu dévoiler la liste de ces projets, s’est contenté d’indiquer quelques domaines d’intervention qui sont relatifs aux secteurs du transport, de l’énergie et de l’eau.
D’après le responsable, les projets à réaliser dans le cadre du PPP doivent refléter la vision du pays et faire l’objet d’une entente globale entre les différents acteurs intervenants.
Belgacem a appelé à mettre en place des projets simples dans le cadre de PPP pour éviter les effets pervers de cette alternative de financement, pouvant mener au blocage des projets.
De son côté, Khaled Amri, consultant international et expert en PPP a cité des exemples de projets potentiels qui pourraient êtres lancés en Tunisie dans le cadre du PPP, tels que la réalisation de stations d’épuration, de dessalement, d’irrigation, de tri, de recyclage et de valorisation des déchets.
L’expert a souligné que la formation des acteurs relevant des secteurs public et privé, la communication et la définition de deux projets pilotes, sont les principaux facteurs clés de succès de la loi du PPP, adopté récemment par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) .
Ayed a ainsi recommandé de s’inspirer des expériences de « pays concurrents », tels que le Maroc, la Jordanie et l’Egypte. Mongi Rahoui, député membre de la commission des finances, de la planification et du développement, à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), a dit que le PPP est un instrument de financement plus favorable aux grandes firmes, suggérant aux entreprises tunisiennes d’établir des alliances entre elles pour réussir cette expérience.
Et de rappeler que la loi sur le PPP n’était pas une obligation sauf que la Tunisie a préféré la promulguer afin d’assurer une législation claire aux acteurs public et privé impliqués dans ces contrats.

Investir En Tunisie, d’après la TAP

Articles similaires