Tunisie-Allemagne : la KfW octroie des prêts de plus de 100 millions d’euros

La KfW, Banque de Développement Allemande et le Gouvernement Tunisien ont signé, ce mercredi, 9 décembre 2015, des accords de prêts et de financements visant à mettre en place des programmes dans le pôle d’intervention « Développement intégré des régions défavorisées et Emploi ».

 La KfW mettra à la disposition du Gouvernement Tunisien des prêts s’élevant à 96,2 millions d’euros ainsi que 4,8 millions d’euros de plus sous forme de dons. Les dons serviront à financer deux mesures d’accompagnement d’une part et des investissements d’autre part.
La contribution de la KfW en détails
L’engagement de la KfW dans le domaine de l’eau est fondé sur la politique nationale de l’eau du gouvernement tunisien et sur le concept sectoriel « Eau » du gouvernement fédéral allemand, ayant comme l’un des objectifs principaux une gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) dans le but de contribuer au développement socio-économique dans les régions rurales et défavorisés. La pénurie d’eau qui s’aggrave en Tunisie constitue un des obstacles majeurs pour le développement socio-économique du pays. L’approche vise une gestion durable de la ressource en eau en soulignant sa valeur écologique, sociale et économique. C’est dans le cadre du programme GIRE de la Coopération Financière tuniso-allemande, que la KfW mettra à la disposition de la partie tunisienne, sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche, des moyens financiers s’élevant à 54,2 millions d’euros.
Les investissements d’infrastructures dans le cadre du projet « Amélioration du taux de desserte en eau potable dans le milieu rural du gouvernorat de Béja » contribueront à couvrir les besoins en eau potable par le biais de l’utilisation des eaux de surface (traitée et conforme aux normes tunisiennes) du barrage Kasseb. Environ 32 000 personnes vivant dans cette région défavorisée, dans 100 habitats dispersés, en profiteront directement. Les coûts d’investissements s’élèvent à 52,7 millions d’euros au total et la KfW financera au nom et pour le compte du Gouvernement allemand ce projet à hauteur de 36,2 millions d’euros.
Dans le cadre du projet « Modernisation du canal Medjerda – Cap Bon », les infrastructures du Canal Medjerda-Cap Bon ainsi qu’une artère principale de transfert d’eau en Tunisie seront modernisées. Le projet contribuera au bon fonctionnement du canal et également à une augmentation de sa capacité de transfert d’eau afin d’assurer l’alimentation en eau potable de la population du Grand Tunis, du Cap Bon, de Sfax et du Sahel. Par la même occasion, cela permettra l’irrigation d’une superficie de 19 000 ha. Le coût global s’élève à 23,7 millions d’euros dont 16 millions seront financés par la KfW. Le promoteur de ce volet du Programme GIRE est la Direction Générale des Barrages et des Grands Travaux Hydrauliques (DGBGTH) au sein du Ministère de l’Agriculture, des Ressources Hydrauliques et de la Pêche.
Ces deux financements aux conditions bonifiées seront complétés par un don de 2 millions d’euros destiné à financer une mesure d’accompagnement du projet « Développement Agricole et Rural autour des Lacs Collinaires (DARAL) ». Ce projet, faisant parti aussi du Programme GIRE, vise à améliorer les conditions de vie d’environ 1 500 familles vivant aux alentours des lacs collinaires, dans une région défavorisée et peu développée de la Tunisie centrale, à travers le renforcement de l’infrastructure de base et une meilleure mise en valeur des lacs comme seule source de revenu. A travers cette mesure d’accompagnement, la population cible se trouve activement impliquée dans le projet grâce à une approche participative.
En sus de cet engagement, dans le cadre du programme GIRE, la KfW octroie également un prêt de 15 millions d’euros à la SONEDE pour le « Programme National d’Amélioration de la Qualité d‘Eau Potable II ». Ce programme inclut la construction de six stations de dessalement des eaux saumâtres et de leurs infrastructures associées. Il est estimé qu’une population d’environ 600 000 habitants, dans le centre et le sud du pays, bénéficiera d’une meilleure qualité d’eau potable grâce aux investissements de ce programme. Un deuxième prêt de 40 millions d’euros est envisagé pour 2016 afin de couvrir le coût total du programme qui s’élève ainsi à 77 millions d’euros.
De plus et en étroite coopération avec l’Office Nationale de l’Assainissement (ONAS), la KfW promeut l’accès à l’assainissement de dix villes moyennes dans le cadre du programme portant le même nom (Assainissement 10 villes moyennes). Dans une première phase, les infrastructures nécessaires dans les villes de Tajerouine, Dahmani, El Ksour, M’Dhilla, Gafsa, Ksar, Moulares et Souassi seront établies afin de protéger l’environnement et les ressources en eau. Elles seront financées par un prêt de 20 millions d’euros de la KfW et un don du Secrétariat d’Etat à l’Economie Suisse (SECO) s’élevant à 9,5 millions d’euros. Ce nouvel investissement renforce encore plus une coopération vieille de 30 ans dans le domaine de l’assainissement entre le promoteur de projet, l’ONAS, et la coopération tuniso-allemande.
Un autre prêt de 9,0 millions d’euros ainsi qu’un don de 2 082 104,78 EUR sont destinés au « Fonds d’investissement pour la valorisation de déchets » (FIVAD) consolidant davantage une relation étroite de plus de 15 ans entre le promoteur du projet, l’ANGED (Agence Nationale de la Gestion des Déchets) et la KfW dans le secteur des déchets solides. Pendant ces années, la Tunisie a réalisé une infrastructure de base pour la gestion des déchets solides. Les investissements financés par le FIVAD visent l’initiation d’une gestion des déchets municipaux en circuit fermé et à promouvoir le développement d’une dynamique économique autour de la gestion des déchets, notamment par la récupération, le traitement et le recyclage des déchets. Ainsi les projets adhèrent à l’objectif principal du programme, qui est de contribuer à la protection de l’environnement, notamment les ressources naturelles et les nappes phréatiques. En outre, un don supplémentaire de 800 000 EUR permettra de financer les prestations des consultants (assistance technique) et la conduite d’un projet pilote.
M. Reuß, Directeur pour l’Afrique du Nord et le Moyen Orient auprès de la KfW a déclaré : « Grâce à ces crédits et dons, des investissements importants dans les secteurs eau, assainissement, irrigation et valorisation de déchets seront réalisés. Tous les projets vont contribuer à la protection de l’environnement, notamment les ressources naturelles, à la gestion plus intégrée de ces ressources, ainsi qu’à la réduction des risques pour la santé et à la réduction des gaz à effet de serre. Et dans ce même objectif, ils vont contribuer indirectement à la création d’emplois et à la croissance économique du pays.»

D’après communiqué

Articles similaires