Comment faire de la Tunisie le 2ème producteur mondial d’huile d’olive d’une façon durable ?

La Tunisie produit de l’huile d’olive depuis 3000 ans et l’oléiculture a toujours compté parmi les secteurs fondamentaux de l’économie nationale, puisque l’huile d’olive représente plus de 40% de l’ensemble des exportations agricoles et 5% de l’ensemble des exportations tunisiennes.

Riche de cette assise historique, d’un savoir-faire en la matière et d’une production exceptionnelle lors de la saison 2014-2015, la Tunisie est même parvenue à se hisser à la première place mondiale des pays exportateurs d’huile d’olive.
Les exportations tunisiennes d’huile d’olive ont en effet atteint durant cette saison 311 000 tonnes, dont 20 000 tonnes d’huile conditionnée générant des recettes importantes de 2050 millions de dinars.
La Tunisie a devancé, dans ce sens, l’Italie qui a exporté 208 000 tonnes et l’Espagne qui a occupé la troisième place des pays exportateurs d’huile d’olive avec 185 000 tonnes.
Cette production record, durant cette exceptionnelle saison 2014-2015, a d’un autre côté permis à la Tunisie de se hisser à la deuxième place mondiale des pays producteurs d’huile d’olive avec une production de 350 000 tonnes.
Notre pays s’est classé derrière l’Espagne qui a consolidé sa position en tête des pays producteurs avec 840 000 tonnes. Il a devancé la Grèce et l’Italie qui ont occupé respectivement la troisième et la quatrième place avec des productions de 300 000 et de 220 000 tonnes.
Ces performances remarquables sont dues à l’amélioration de la qualité (puisque plus de 80% de la production a été cette saison du type Bikr qui est de très haute qualité), aux restructurations réussies dans le domaine ainsi qu’au savoir-faire et à l’expérience des professionnels du métier (agriculteurs, conditionneurs et exportateurs) qui n’ont pas lésiné sur les efforts et moyens pour arriver à ce résultat.
En effet, depuis la création, en 2005, d’un fonds de promotion de l’huile d’olive financé entièrement par les exportateurs qui lui consacrent 0,5 des revenus des exportations, la Tunisie ne cesse d’améliorer ses résultats et de conquérir de nouveaux marchés. Ce fonds est mis en place dans le cadre de la campagne de promotion générique financée par les producteurs nationaux, afin de vendre le produit du terroir tunisien dans sa meilleure forme sur des marchés étrangers.
Cependant, malgré ces prouesses, nous pensons que la Tunisie demeure capable de réaliser de bien meilleurs résultats et de se positionner durablement comme 2 ème producteur mondial d’huile d’olive.
Ce défi, que  les professionnels sont capables de relever, nécessite la révision des législations qui concernent le système de production, de conditionnement et d’exportation, la simplification des procédures de contrôle technique à travers l’instauration de l’autocontrôle et du contrôle après l’exportation.
Il nécessite aussi l’encouragement de cette activité, le soutien direct de l’exportation de l’huile d’olive conditionnée ainsi que du soutien par l’Etat du fonds de promotion des exportations de l’huile d’olive, le suivi des circuits de distribution à l’étranger et la promotion de cette denrée sur les marchés extérieurs, afin d’en faire une belle vitrine de la Tunisie à l’étranger.
Nos prochains objectifs seront donc de renforcer ces résultats en allant à la conquête de nouveaux marchés et en réussissant à exporter 50 mille tonnes d’huile d’olive conditionnée chaque année.

A propos de la Chambre Nationale Syndicale des Exportateurs d’Huile d’Olive
La Chambre Nationale Syndicale des Exportateurs d’Huile d’Olive est l’une des importantes structures relevant de l’UTICA. Elle regroupe 90 membres dont 40 exportateurs qui réalisent plus de 90% des exportations de la Tunisie.
La chambre a entamé ses activités en 1995 pour encadrer les exportateurs et a fait de la promotion des exportations de l’huile d’olive conditionnée ou en vrac son objectif essentiel.
 Il est à signaler enfin que la Tunisie compte :
-80 millions d’oliviers couvrant 1,8 million d’hectares, soit un tiers des terres labourables.
-Plus de 309 000 producteurs, soit 65% de l’ensemble des exploitants agricoles qui tirent tout ou partie de leurs revenus de la culture de l’olivier.

D’après communiqué
 

Articles similaires