Tunisie : entre 500 et 600 mille litres de lait mélangés avec de l’eau circulent sur le marché

Le président de la fédération nationale des centres de collecte du lait relevant de l’UTICA (Union Tunisienne de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat), Sâadallah Khalfaoui, a déclaré que de grandes quantités de lait collectées n’ont pas été acceptées par les centrales laitières, en raison de leur mauvaise qualité.

« En plus de l’altération par la chaleur, des pratiques frauduleuses sont devenues monnaie courante au sein de la filière. Elles consistent, entre autres, à ajouter de l’eau au lait frais. Un ingénieur agricole confie qu’il y a entre 500 et 600 mille litres de lait mélangés avec de l’eau qui circulent sur le marché. C’est un véritable marché parallèle avec des circuits plus courts de colportage. Ceci est d’autant plus préoccupant que de tels circuits ne sont pas soumis à des contrôles sanitaires… Car, paradoxalement, le lait sensé être un produit sensible et périssable, est transporté dans des contenants non conformes aux normes de qualité (ils ne sont ni isothermiques, ni frigorifiques) », a-t-il indiqué, dans une déclaration accordée à l’agence TAP.
Khalfaoui, qui est lui même propriétaire d’un centre de collecte du lait à Jendouba, a fait valoir que le métier du collecteur du lait n’est pas une sinécure. « Ce métier demande des investissements importants dans la conservation du lait dans des unités frigorifiques…C’est d’ailleurs l’outil  indispensable du collecteur pour pouvoir vendre aux centrales industrielles et gagner de l’argent », a-t-il encore précisé.

Investir En Tunisie
 

Articles similaires