Tunisie : l’imam de Sidi Mechreg interdit aux fidèles de prier pour un mort

Les esprits retors et autres pense-petit, les pseudo savants religieux qui se targuent de diriger la conscience des gens vers ce que leur instinct leur désigne comme « le bien absolu » et qui s’arrogent le droit « sacré » d’orienter les esprits des fidèles aux prescriptions divines ; ces gens-là continuent à sévir, un peu partout dans le pays, dédaigneux des lois civiques.

Et alors que tout semble vouloir rentrer dans l’ordre, nonobstant l’affaire fallacieuse et fourbe de la mosquée de Sidi Lakhmi de Sfax, un autre quidam se dresse du côté de Sidi Mechreg (Sejnane, gouvernorat de Bizerte) pour décréter, sans sourciller, que tel défunt n’aura pas droit à la prière des morts, tout simplement parce que certains prieurs étaient, selon sa propre appréciation « en état d’ébriété » ou mieux encore « reconnus comme des buveurs invétérés ».
Cette curieuse « décision », appuyée par quelques « croyants » a engendré un véritable chaos et suscité la colère des proches du défunt qui ont quitté la mosquée et enterré le mort sans avoir reçu l’ultime recueillement.
La mosquée de Sidi Mechreg est déclarée, par son imam squatteur comme étant hors du contrôle du ministère des Affaires religieuses. Mais il reste à préciser que cet imam n’est pas nommé par le ministère.

M.Bellakhal
 

Articles similaires