Tunisie : Rachid Bakkay relate 90 années d’action théâtrale d’Ennahdha de Bizerte

L’Association de Sauvegarde de la Médina de Bizerte (ASMB) a tenu, au cours du week-end dernier, son colloque historique annuel.

Plusieurs communications ont été présentées relatives à différents aspects touchant à l’histoire de la ville. La volonté des concepteurs de cette manifestation qui dure depuis des décades et qui fait appel à des historiens, des universitaires, des spécialistes est de perpétuer la mémoire de la cité, son héritage, ses traditions us et coutumes…c’est également l’occasion d’évoquer les associations et organismes quasi-mythiques qui en ont fait l’originalité et qui sont aujourd’hui organiquement rattachés à l’histoire de cette ville trois fois millénaire.
Les organisateurs ont été bien inspirés d’avoir programmé une communication signée Rachid Bakkay, le journaliste et homme de théâtre qui a relaté l’histoire si riche et si palpitante de la troupe théâtrale « Ennahdha al- Tamthiliya » (Renaissance théâtrale), une association née en 1923. Dans un exposé magistral et volontairement exhaustif, Rachid Bakkay a décrit quatre-vingt-dix années de militantisme théâtral et présenté les différentes générations de dirigeants nationalistes, de réalisateurs doués, de comédiens talentueux. Ennahdha, a-t-il dit, a toujours été une école non point de théâtre seulement mais également un creuset où se fondent les caractères et les personnalités » faisant allusion aux conditions socio-historiques ayant présidé à la création d’Ennahdha al –Tamthiliya » en tant que « réponse aux velléités hégémoniques de la France coloniale » et surtout comme « rempart à la volonté des colons de détruire les fondements culturels nationaux et de leur substituer les aspects de la culture française ».
Après avoir exposé les différentes étapes de la longue histoire de l’association, le conférencier a traité du thème de la relation entre le culturel et le politique, faisant apparaître le rôle des intellectuels dans l’action politique et de l’importance de l’action culturelle comme arme de résistance à toute velléité d’hégémonisme.

M. BELLAKHAL
 

Articles similaires