Plainte pour voies de fait contre trois responsables de Tunisie-Sucre

La sucrerie de Bizerte « Tunisie-sucre » fait encore parler d’elle. Alors que les regards sont encore et toujours fixés sur les effets nocifs qu’une telle entreprise produit sur l’environnement et sur l’écosystème, alors que les citoyens attendent et espèrent des mesures radicales pour imposer aux responsables de cette usine le respect du cahiers des charges relatif à ses engagements envers l’environnement, la direction, ou ce qui en tient lieu continue à traiter ses problèmes…à coups de poings.

Des informations nous sont parvenues des services de la police de la ville de Bizerte qu’une enquête est en cours suite au dépôt par R.F., ouvrier à ladite usine, d’une plainte pour coups et blessures pouvant entraîner une incapacité physique, outre un sérieux préjudice moral. Le plaignant qui a été admis à l’hôpital a affirmé avoir été « corrigé », en fin de semaine, par trois responsables d’origine étrangère pour un motif futile.
Dans l’attente des résultats de l’enquête, nous réitérons sur ces mêmes colonnes notre appel au promoteur libyen afin de remettre de l’ordre dans son entreprise, de veiller à nommer les hommes compétents aptes à diriger l’entreprise, de donner ses instructions pour un respect strict de la ville et de son environnement, en un mot de tenir tous ses engagements. Il est à signaler que, pour des raisons connues de lui seul, le promoteur s’est entouré de gens peu compétents, appelés à gérer une situation floue et peu claire. Plusieurs cadres et techniciens, « révoltés » par cette politique ont préféré démissionner.

M. BELLAKHAL

Articles similaires