Tunisie: Les pêcheurs de Ghar-El-Melh accusent les sociétés de pisciculture d’empoisonner les poissons

Peche_Aquaculture.jpgLes pêcheurs de Ghar-El-Melh sont inquiets et ils l’ont fait savoir au gouverneur de Bizerte qui a rendu visite au port de pêche de la localité, après que les pêcheurs ont annoncé et exécuté un sit-in ouvert de protestation « contre la marginalisation du secteur.

Le représentant des pêcheurs, Mohamed Khalil, avait même affirmé à « Investir En Tunisie » que tous les bateaux seraient mis à la vente, si leurs revendications n’étaient pas satisfaites.
Les pratiquants de la pêche côtière et artisanale se plaignent de certaines décisions départementales visant à interdire la pêche de plusieurs espèces de poissons, une interdiction, selon le représentant des pêcheurs, qui aurait engendré d’importantes pertes financières à des dizaines de pêcheurs.
Les pêcheurs de Ghar-El-Melh revendiquent ni plus ni moins que la révision des articles de loi relatifs à la pêche maritime afin de les mettre en adéquation avec la situation actuelle.
Par ailleurs, les pêcheurs de Ghar-El-Melh pointent du doigt les sociétés piscicoles qui leur interdiraient d’exercer dans les zones poissonneuses, selon leurs dires. Comme ils les accusent de provoquer « un désastre écologique en empoisonnant volontairement les poissons » afin de les empêcher de pratiquer leur activité.
Nombre d’autres problèmes relatifs au fonctionnement du port ont été également soulevés. Le gouverneur a assuré qu’une enquête serait réalisée sur les effets de la pisciculture sur l’environnement et sur les accusations portées contre les pisciculteurs, soulignant que « les cages flottantes seraient démantelées, si les résultats de l’enquête confirmaient une quelconque conséquence néfaste sur l’activité de la pêche côtière et artisanale et/ou sur l’écosystème côtier ».
M. BELLAKHAL

 

Articles similaires