Tunisie : le casse-croûte «Labalabi» bizertin à la conquête du monde

Les puristes de la gastronomie bizertine doivent se sentir profondément offusqués. Pour ces Bizertins pure souche, la cuisine bizertine ne saurait s’accommoder et se distinguer que par des plats à base de poisson et pas n’importe lequel.

Poisson noble principalement. Raison pour laquelle la grogne est perceptible chez ces « authentiques » gens du bled, depuis que le casse-croûte Labalabi a fait irruption dans leurs mœurs culinaires, bousculant les « bonnes » habitudes gastronomiques et tordant le cou aux coutumes locales soucieuses de concocter des mets traditionnellement ambrosiaques. Il est un fait que le « vrai » Bizertin serait mal vu s’il était aperçu en flagrant délit de dégustation d’un casse-croûte aux pois-chiches.

Ces mêmes Bizertins ont dû avaler leur poisson de travers en entendant radio Bizerte annoncer hier, avec une certaine fierté, que le casse-croûte lablabi, dont la labellisation bizertine était devenue un fait, cherche à se faire un renom international grâce à l’initiative d’un gargotier devenu restaurateur.
Une publicité vantant ce produit local annonce que ce sandwich très apprécié, n’en déplaise à nombre de Bizertins, a franchi les frontières pour atterrir dans la lointaine Dubaï. L’annonce ne précise pas si les commandes émanent d’Emiratis ou de Bizertins établis dans le Golfe. Les locaux peuvent également se faire livrer leurs casse-croûte lablabi à domicile, moyennant des droits de…huit dinars.
Le monde évolue, certes, les goûts également. Et le labalabi s’impose au grand dam des palais délicats.

M. BELLAKHAL
 

Articles similaires