Tunisie-Entretien des écoles : l’action modèle de l’Amicale de Bizerte

L’Amicale des anciens Élèves des Lycées de Bizerte a émis son bulletin d’information pour le mois de septembre 2015. On y apprend non sans quelque admiration qu’elle célèbre en 2015 sa 44ème année d’existence.

Plus que quatre décennies que cette association a employées au service de ses adhérents, de la culture dans sa plus large acception, de l’action sociale commune orientée… Un coup d’œil aux rapports d’activités de cette organisation attesterait, s’il en est, de l’impressionnant travail effectué durant toutes ces années. Un travail ciblé et bien accompli, rendu possible par le savoir-faire d’un comité toujours disponible, mais également par une confiance partagée avec des adhérents et des donateurs rassurés quant à la destination de leurs faveurs.

Les réalisations sont plus nombreuses qu’il est possible ici de les énumérer. Nous en citerons deux. Le traditionnel panier de Ramadan, que l’Amicale a été l’une des toutes premières à instaurer. Chaque année, le comité monte la barre du nombre des bénéficiaires et vise à remporter le nouveau challenge. Objectifs invariablement atteints grâce toujours à l’engagement des adhérents et à la charité des gens de bien.
Depuis quelques années, l’Amicale s’est engagée dans un projet qui devrait servir de modèle : le parrainage d’une école rurale. L’heureux établissement sur lequel le comité a porté son choix est l’école primaire de Fejjet Errih, une localité déshéritée de la délégation de Bizerte-sud, située à 42 kms de Bizerte. L’Amicale a veillé, pendant de nombreuses années à restaurer les bâtiments, à réparer les installations, à clôturer l’école, à l’alimenter en eau potable, à reconstruire le logement du directeur, à équiper la cantine, à planter et à enjoliver la cour et j’en oublie. Mais l’on ne saurait oublier l’aménagement de la route qui y mène et qui a fait le bonheur de milliers de petits écoliers et de leurs parents.
D’aucuns auraient estimé avoir rempli leur mission. C’est mal connaître l’Amicale qui n’en a pas moins continué ses actions d’accompagnement. Elle a pris en charge les frais de fournitures scolaires des élèves en offrant, à chaque rentrée scolaire un cartable bien fourni et un tablier. En outre, l’Amicale enlève aux parents tout souci financier en s’engageant à prendre en charge les frais pour toute l’année scolaire. Et pour parfaire le tout, les quinze élèves de la localité, appelés à fréquenter le collège de Methline seront également pris en charge.

Mois de l’école, avez-vous dit ? L’action menée avec constance et persévérance par l’Amicale des anciens élèves des lycées de Bizerte, par son originalité, par son efficacité, par son caractère désintéressé doit baliser le chemin à tous ceux qui, aujourd’hui, se targuent d’acheter un pot de peinture, se font gloire de payer quelques cahiers, pérorant avoir contribué « au sauvetage » d’un établissement scolaire. Si chaque organisation, si chaque association s’engageait, en l’absence déplorable des autorités en charge des écoles, à accomplir ne serait-ce que le dixième de la tâche accomplie par l’Amicale de Bizerte, il y aura fort à parier que les écoles, aujourd’hui dans un état de délabrement avancé, redeviendront de vrais temples du savoir. Et leurs pensionnaires n’auront d’autre souci que celui de se pencher sur leur travail.

M. BELLAKHAL
 

Articles similaires