Tunisie-Béchir Belhassen : «de quelle fête de la femme parle-t-on ?»

Sur sa page Facebook, le prétendu savant-imam-prédicateur, l’auto-proclamé Cheikh Béchir Belhassen, celui-là même qui a eu maille à partir avec la justice pour ses propos diffamatoires et mensongers, a eu le front de gribouiller ses réactions vis-à-vis de la fête de la femme.

Qualifiant cette fête de « fallacieuse, hypocrite et trompeuse », il affirme que seuls les deux aïds d’El Fitr et d’Al Idha étaient licites au regard de la charia et que toute autre fête n’était que tromperie.
Le sieur Belhassen se demande de quelle femme est-ce la fête. Celle de la femme que [vous] avez dénudée ? Que [vous] avez montée contre l’autorité de son mari et de son père ? Celle qui renie les valeurs de sa religion, sous le prétexte sournois et traitre de l’émancipation et de l’égalité ? Ou celle qui a été dévoilée par les mains sales de Bourguiba ? Le résultat de tout cela a-t-il prétendu est que la société (tunisienne) compte aujourd’hui la proportion effarante de 64% de vieilles filles et occupe la première place au niveau arabe en matière de divorce. « La (vraie) femme musulmane, a-t-il conclu, n’a nullement besoin de « votre » fête, car vous la trompez effrontément en freinant l’application de la loi divine et en la remplaçant par des lois humaines ridicules.

M. BELLAKHAL
 

Articles similaires