Tunisie : première soirée annuelle du Club ATUGE au Féminin

C’est au Foundok al Attarine, dans une ambiance conviviale et un décor agréable, que s’est déroulée la première soirée annuelle du Club ATUGE au Féminin. Un débat à cœur ouvert a eu lieu entre les membres du Club et leurs invités autour du thème : “Femmes aux postes de décision : atouts et difficultés"

Cette soirée atugéenne fut unique en son genre vu l’affluence importante et rarissime des femmes participantes. Ces dernières, directement concernées par le sujet, se sont permis une absence de quelques heures, planifiée -pour certaines- bien à l’avance, afin d’apporter leur contribution au débat.
Le débat fut modéré par Madame Samar Louati, Vice Présidente d’ATUGE Tunisie. Parmi les éminentes interventions, nous citons Madame Samira Merai Ministre de la Femme, de l’enfant et de la famille, Madame Latifa Lakhdhar Ministre de la Culture et de la sauvegarde du patrimoine, Madame Nejla Harrouch directrice générale de Biat Assurance et ancienne Ministre du Commerce et de l’artisanat, Madame Faouzia Charfi longtemps directrice de l’IPEST et plus récemment ancienne secrétaire d’État auprès du ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Madame Sihem Ben Mahmoud Jouini professeur et maître de conférence en management, innovation et entreprenariat et première femme présidente de l’ATUGE, Madame Dalenda Larguech directrice générale du Credif, Madame Amel Jrad directrice générale du CITET, Madame Habiba Hadhri deuxième polytechnicienne tunisienne et directrice générale adjointe de l’UBCI, Madame Hinda Gharbi présidente de Schlumberger Wireline, Madame Elyssa Msadaa co-fondatrice de Talys Consulting, Madame Salha Amara première tunisienne ayant suivi le cursus des Grandes écoles et qui a occupé plusieurs postes de responsabilité au sein de grandes entreprises internationales …
Toutes ont partagé le constat que même si les tunisiennes affichent d’excellents résultats scolaires (comme le prouvent les résultats du baccalauréat de cette année et des années précédentes), les choses se compliquent à mesure que les femmes atteignent les postes à responsabilité et encore plus à l’approche du sommet de la pyramide. C’est ainsi que nous passons d’un taux de 61% de réussite féminine au bac à un taux de 6,5% de femmes chef d’entreprises et que sur les 30 grandes entreprises tunisiennes, seules 4 comptent des femmes au sein de leur conseil d’administration. C’est dire que le chemin est encore long devant les femmes cadres (ingénieures, juristes, financières ou commerciales) avant qu’elles puissent accèder aux mêmes opportunités que les hommes dans les hauts postes de responsabilité.
Différentes interventions se sont succédées lors de la soirée. Mme Ben Mahmoud Jouini a ainsi souligné qu’à l’entrée de la vie active, les Atugéennes, ayant jusque là brillamment réussi aux différents examens et concours, ne se sont confrontées qu’à des critères d’excellence objectifs. Elles pensent que le monde leur appartient et que rien ne les arrêtera. Ce n’est qu’après quelques années de carrière qu’elles ressentent les effets du plafond de verre. Cofondatrice de l’ATUGE Tunisie avec Mme Harrouch, elle rappela que ce n’était peut-être pas un hasard que cette initiative n’arrive que 25 ans après. Quant à Mme Charfi, elle a rappelé l’importance de la confiance en soi nécessaire à tout succès, c’est ainsi que comparativement à l’ensemble de la population, les femmes dont les mères ont exercés un poste à responsabilité économique ou politique se sentiront plus aptes à s’imposer dans la vie professionnelle. Enfin, Mme Harrouch a souligné que lors de son parcours professionnel, elle avait observé que les quelques femmes qui réussissaient à décrocher des postes à responsabilités les méritaient pleinement. Elles avaient effectivement dû redoubler d’efforts pour accèder à ces postes. Elle rappela également le rôle très important des hommes dans l’établissement de l’équité au sein des milieux tant familiaux que professionnels.
D’ailleurs, Les intervenantes ont souligné l’importance du choix du partenaire de vie dans la réussite professionnelle. Ainsi, madame Charfi, veuve de feu monsieur Mohamed Charfi (professeur de droit, militant des droits de l’homme, ancien Ministre de l’Education), relate son souvenir des nuits où, devant rester à son laboratoire pour les besoins de ses expérimentations, son mari lui apporta son diner après avoir surveillé les devoirs des enfants et les avoir couché.
Nous pouvons ainsi résumer les raisons expliquant ce constat en trois points: il y a les facteurs socio-culturels (en accédant à une carrière professionnelle, la femme tunisienne a pleinement conservé son rôle traditionnel dans la gestion des affaires du foyer, et doit jongler avec deux vies), les facteurs structurels (pauvreté des structures de soutien aux femmes actives: crèches, garderies … ) et les facteurs intrinsèques (les dirigeants, tout comme les femmes elles mêmes, ont parfois du mal à imaginer une femme dans les postes à responsabilité). Ces derniers facteurs sont peut-être d’ailleurs une conséquence directe des premiers.
Certaines des participantes ont pu surmonter ces obstacles et présentent de beaux exemples de réussite. Néanmoins, elles demeurent conscientes des difficultés et de l’importance de la solidarité des femmes entre elles pour promouvoir leur présence dans un espace encore très masculin.
Et il est rassurant d’entendre ces femmes témoigner qu’une fois les postes à responsabilité atteints, être une femme se transforme en atout: pour faciliter des négociations difficiles ou apporter une vision différente de la gestion d’entreprise.
Pour Rappel, le Club Atuge au féminin a été lancé début février 2015 à Paris et début mai 2015 à Tunis, le Groupe a pour objectif de donner de la visibilité à ses adhérentes, dans un contexte où la participation féminine au niveau de l’expertise comme au niveau politique fait souvent défaut. Le groupe se veut également un réseau de solidarité au sein duquel les membres pourront échanger sur leurs expériences de carrière diversifiées, identifier des synergies professionnelles ou faciliter un mouvement géographique.
Les évènements ATUGE au Féminin ont depuis connu un vif succès avec la participation de plus en plus d’Atugéennes aux différentes activités. C’est ainsi que les actives du Groupe ont déjà organisé plusieurs événements (networking, coaching…). De nombreux autres évènements se profilent pour l’année 2015-2016 sur Paris et Tunis: coaching, diners thématiques, rencontres, etc.

D’après communiqué
 

Articles similaires