Vers une reconnaissance internationale de l’Etat Islamique (DAECH) ?

Dans un article d’analyse assez perspicace, le site Réseau International a évoqué une opération étasunienne et mondiale de légitimation de DAECH.

L’article prend comme point de départ et comme argument les déclarations du prince jordanien Zeid Ra’ad Al-Hussein, haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, qui préconise de négocier avec les terroristes plutôt que de les bombarder. « Il faut négocier avec l’EI, a déclaré le haut responsable, et mettre en place des conférences de paix ». Il est clair, pour l’analyste, que ceux qui ont mandaté Zeid veulent présenter la lutte contre les terroristes du MO comme un conflit entre deux parties légitimes, qui, les hostilités terminées s’assiéraient autour d’une table de négociation pour régler le différend.
Quelques jours plus tard, rapporte l’article, ces soupçons de vouloir légitimer DAECH ont été renforcés par l’entrée en scène du service de renseignement britannique le MI6 qui adopte la même démarche de validation de Daech en tant qu’interlocuteur légitime.
Et l’opération de continuer, dénonce le journal en ligne, qui accuse les Occidentaux de monter un scénario où l’EI serait traité médiatiquement comme n’importe quel pays existant. L’événement consiste en le soi-disant attentat contre le chef des terroristes, présenté comme un coup d’état, c’est-à-dire une prise du pouvoir illégale ce qui sous-entend que l’état dans lequel le coup d’état a lieu est légitime, doté d’institutions légales. L’auteur désigne même les médias attribuant à l’EI la ville de Raqqa, en Syrie, comme capitale. L’on n’est pas loin, relève l’analyse des représentations diplomatiques dans les capitales étrangères.

M.BELLAKHAL
 

Articles similaires