Tunisie : examen de la note d’orientation relative au plan de développement 2016-2020

Le Chef du gouvernement, Habib Essid, a présidé, jeudi au palais du gouvernement à la Kasbah, un conseil ministériel restreint consacré à l’examen de la note d’orientation relative au plan de développement 2016-2020.

La réunion a permis de passer en revue les grands axes de ce document, dont les grandes orientations stratégiques, les priorités du pays pour le prochain quinquennat le développement régional et la rationalisation de la gestion des ressources naturelles.
Dans le même contexte, le conseil a étudié les exigences de développement durant la prochaine étape, notamment l’achèvement de la mise en place d’un cadre institutionnel et juridique national, la protection de la paix sociale, l’instauration des bases d’une bonne gouvernance à tous les niveaux, la décentralisation, la discrimination positive au profit des régions et l’optimisation du marché de l’emploi.
Le conseil a également passé en revue les grandes lignes du nouveau schéma de développement, qui s’articule sur la restructuration de l’économie nationale qui doit être basée sur la promotion des secteurs à valeur ajoutée, l’économie socio-solidaire ainsi que sur l’incitation à l’investissement privée, la consolidation de l’exportation et l’intégration à l’économie internationale.
Le conseil a, en outre, examiné les aspects des grandes réformes pour la période à venir qui touchent essentiellement à la restructuration de l’administration, du système de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle, ainsi que le système de la sécurité sociale, de la retraite, de la santé, de subvention, outre la réforme du système fiscal et l’instauration d’un nouveau code d’investissement et la révision du code des douanes, le code des changes et le secteur bancaire.
Le Chef du gouvernement a appelé à analyser plus en profondeur les différents axes du projet de la note d’orientation du prochain plan de développement en vue de répondre aux revendications de la révolution du 14 janvier 2014, aux attentes de la société, ce qui nécessite une révision profonde du système économique et social conformément aux principes de fiabilité, d’efficacité et de l’équité.

D’après communiqué
 

Articles similaires