Tunisie : la fraude douanière coûte à l’Etat 1,2 milliard de dollars

Dans son dernier rapport intitulé « Political Connections and Tariff Evasion: Evidence from Tunisia » rendu public ce jeudi 25 juin 2015, la Banque mondiale a révélé que les entreprises appartenant au clan Ben Ali et les entreprises proches de l’ancien régime ont réussi à éviter de payer pas moins de 1,2 milliard de dollars en droits à l’importation entre 2002 et 2009, en sous-évaluant la valeur et les quantités des marchandises importées.

Selon ce même rapport, cette pratique a permis aux entreprises proches du clan Ben Ali, qui minoraient en moyenne de 79,7% les valeurs et de 31,8% le volume de leurs importations, de cumuler, en 2009 seulement, un montant total de 217 millions de dollars.
En comparant les chiffres d’exportation des partenaires commerciaux de la Tunisie à la valeur des importations déclarée à la douane tunisienne, la banque a constaté que la valeur déclarée à l’importation par les entreprises protégées par Ben Ali est supérieure de 18% à celle déclarée par les entreprises ordinaires. De même, les volumes d’importation déclarés sont 21% plus élevés, tandis que le prix unitaire déclaré est en revanche 4,8% plus bas en moyenne. Pour les biens importés assujettis à des droits plus élevés, le prix déclaré est encore plus faible, soit de 8,1%.
« Pour faire face aux différentes techniques de fraude, le ministère des Finances prépare, avec l’appui de la Banque mondiale, une série de réformes douanières qui devront permettre de simplifier les procédures et les rendre plus transparentes, stimuler les exportations et lutter contre la fraude à l’importation, pratiques ayant causé à l’Etat tunisien, durant les dix dernières années, d’importantes pertes estimées à des milliards de dollars », a affirmé Eileen Murray, Représentante Résidente de la Banque mondiale pour la Tunisie.
La Banque a noté, par ailleurs, dans ce même rapport, que l’évasion des droits à l’importation a baissé de 16,2 % après la révolution, notamment pour les lignes de produits dominées par les entreprises qui étaient proche du pouvoir.

A.B

 

 

Articles similaires