Tunisie-Essebsi à un journal marocain : «nous payons les conséquences de la situation régionale»

Le journal « l’observateur du Maroc et d’Afrique » a mis en ligne, hier, vendredi 19 juin 2015, un entretien que lui a accordé le président de la république Béji Caïd Essebsi en avril 2015 et qui a paru dans la version papier du magazine. Un entretien d’une brûlante actualité.

Le chef de l’Etat a déclaré, alors, qu’il n’y avait pas encore de printemps arabe, seulement un début de printemps tunisien…qui n’est pas encore confirmé. « Pour que le processus démocratique se poursuive, a-t-il précisé, il faut que les Tunisiens puissent manger à leur faim et qu’ils trouvent du travail, que la pauvreté soit réduite et que les régions où elle règne ne restent pas en marge. » BCE a souligné que c’est à cette seule condition que l’on pourrait parler de printemps tunisien.
Evoquant le terrorisme qui frappe le pays, le chef de l’Etat, tout en faisant remarquer que ce phénomène n’était pas une spécificité tunisienne et que la Tunisie était un pays pacifiste et pacifique qui n’a pas de tradition de lutte antiterroriste, a rendu hommage aux efforts des forces de l’ordre « qui accomplissent un travail admirable ». « Nous payons, a-t-il dit, les conséquences d’une situation régionale et nous en tirons les leçons ».
BCE a rappelé que la Tunisie est inscrite aujourd’hui dans une logique démocratique qui s’oppose, au nom des droits de l’Homme, à la libre circulation des candidats au terrorisme et dont la conséquence a été que nombre de jeunes Tunisiens ont rallié les rangs de Daech. « Nous allons nous occuper de notre jeunesse pour lui donner une éducation », a-t-il assuré, affirmant que l’éducation demeure une libération et que l’enseignement à dispenser doit être adapté aux défis qui attendent le pays. Le système d’enseignement doit être réformé, reconnaît le président de la république, et doit s’adapter par la conception d’un programme qui garantisse l’accession aux universités les plus prestigieuses.

M. BELLAKHAL
 

 

 

Articles similaires