Tunisie-FAO : la région du NENA n’a pas réussi à réduire de moitié la prévalence de la faim avec l’échéance de 2015

La plupart des pays de l’Afrique du Nord et du Proche-Orient (NENA) ont réussi à tenir leur promesse internationale consistant à réduire la proportion de leur population souffrant de la faim.

Pourtant, à cause des conflits et des crises prolongées en Irak, au Soudan, en Syrie, au Yémen, ainsi qu’en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, NENA est la seule région où la prévalence globale de la sous-alimentation a augmenté par rapport a son niveau d’il y a un quart de siècle.
Près de 33 millions de personnes dans la région NENA sont aujourd’hui chroniquement sous-alimentées ; c’est le double du nombre qui prévalait en 1990, a annoncé aujourd’hui l’organisation pour l’alimentation et l’agriculture des Nations unies (FAO). Selon le premier rapport régional de la FAO sur l’insécurité alimentaire, la prévalence de la sous-alimentation dans la région a augmenté de 6,6 pour cent à 7,5 pour cent entre 1990 et aujourd’hui.
« La région NENA, dans son ensemble, a connu un revers dans sa lutte contre la faim. Les conflits et les crises prolongés sont les principaux moteurs de l’insécurité alimentaire dans la région », a déclaré Abdessalam Ould Ahmed, Sous-Directeur général et Représentant régional de la FAO pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord. « La région NENA présente actuellement le plus grand nombre et la plus haute intensité de conflits dans le monde. Au cours des quelques dernières années, 12 pays de la région ont connu au moins une forme d’instabilité, y compris les troubles civils, les guerres ou les crises prolongées », a-t-il ajouté.
Les estimations récentes montrent qu’en raison de la crise syrienne 13,6 millions de personnes sont dans une situation critique necessitant une assistance alimentaire et agricole permanente. Parmi ceux-ci 9,8 millions vivent en Syrie et 3,8 millions sont des réfugiés. De même, la crise prolongee au Yémen a exacerbé la situation d’insécurité alimentaire. De fait, la malnutrition frappe une personne sur quatre au Yemen on estime que la moitié des 24 millions de personnes qui constituent sa population avaient besoin d’une aide humanitaire au début de 2015. En Irak, la prévalence de la sous-alimentation, qui était de 8 pour cent seulement en 1990-1992, a augmenté à 23 pour cent en 2014-2016.
« La situation globale ne devrait pas occulter les progrès accomplis par la grande majorité des pays. Il fau féliciter les 15 pays de la région qui ont atteint la cible l’objectif du Millénaire pour le développement, visant réduire de moitié la proportion de la population souffrant de malnutrition, ou bien ont maintenu cette proportion à un niveau inférieur à 5 pour cent. Ces pays sont les suivants : l’Algérie, le Bahreïn, l’Egypte, l’Iran (République islamique d’), la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, le Maroc, la Mauritanie, l’Oman, le Qatar, l’Arabie Saoudite, la Tunisie et les Emirats arabes unis », a ajouté Ould Ahmed.
La performance a également été inégale dans la région NENA. Deux pays, l’État du Koweït et le Sultanat d’Oman – ont réalisé à la fois l’OMD relatif à la lutte contre la faim et l’objectif plus difficile du Sommet mondial de l’alimentation qui consiste à réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées.
En général, la prévalence de la sous-alimentation a diminué de 23,4 pour cent à 12,9 pour cent dans les pays en développement, avec toutefois des variations considérables. Ainsi, la sous-alimentation a enregistré une baisse rapide en Amérique latine, en Afrique de l’Ouest et dans une grande partie de l’Asie, mais des hausses dans les zones en difficulté comme l’Afrique centrale, ainsi que le révèle L’Etat d’Insécurité Alimentaire dans le monde 2015, publié la semaine dernière par la FAO, le Programme alimentaire mondial et le Fonds international pour l’agriculture.
Une stratégie globale et un engagement collectif à éradiquer la faim
Constatant que le nombre de personnes sous-alimentées étant "trop élevé", la FAO souligne la nécessité de renouveler l’engagement politique et de renforcer la coordination régionale pour lutter contre la sous-alimentation.
Le Rapport régional a confirmé qu’il y a de l’espoir, que des progrès sur la voie de l’éradication de la faim étaient possibles et peuvent effectivement voir le jour, si la stabilité était assurée, les engagements politiques et régionaux honorés et une approche intégrée et coordonnée soutenue par des programmes concrets et des ressources était mise en œuvre. De fait, l’approvisionnement alimentaire moyen dans la région NENA – lorsque l’on compte les importations – a augmenté de 10 pour cent depuis 1990 en termes de calories et dépasse actuellement la moyenne mondiale.
« A mesure que l’on avance, au-delà des OMD, vers les objectifs du développement durable (ODD), il est crucial d’investir dans la gestion durables des ressources rares en eau et dans les systèmes de protection sociale, plus spécifiquement, dans les moyens de réduire la vulnérabilité, et ce, à travers des politiques et des programmes de protection sociale productifs, afin de faire face aux multiples menaces et risques qui pèsent sur la sécurité alimentaire et la nutrition et renforcer la résilience dans la région NENA », a déclaré Ould Ahmed.
Le rapport régional sur l’insécurité alimentaire fournit un aperçu sur les progrès enregistrés par la région NENA quant à la réalisation de l’OMD et de l’objectif du Sommet mondial de l’alimentation relatifs à la lutte contre la faim, utilisant les données de l’état d’insécurité alimentaire dans le monde 2015. Il met aussi en évidence un certain nombre de recommandations politiques pour faire face aux défis futurs, y compris le changement climatique dans une région marquée par la rareté des ressources en eau.

D’après communiqué
 

Articles similaires