« Les financements promis à Deauville attendent une identification de projets viables », déclare l’ambassadeur d’Allemagne à Tunis

Dr. Andreas Reinicke, ambassadeur d’Allemagne à Tunis, a accordé à l’Agence TAP une interview exclusive, dans la perspective de la tenue du sommet du G7 (7 et 8 juin 2015) en Allemagne, à laquelle a été invité le président de la République, Béji Caïd Essebsi.

Une invitation, selon l’ambassadeur, qui est une marque de respect et de reconnaissance à la Tunisie et au chemin qu’elle a parcouru (sur la voie de l’instauration de la démocratie, NDLR). En marge du sommet, BCE participera à une session spéciale « outreach » (sensibilisation) au cours de laquelle il débattra avec des chefs d’Etats africains « de questions économiques et d’intérêt commun ».
A la question de savoir ce que la Tunisie devrait attendre de cette réunion, M. Reinicke a rappelé que le G7 n’a aucun pouvoir décisionnel quant au déblocage de fonds dont la concrétisation est du ressort exclusif d’institutions financières internationales.
Concernant les promesses faites par le G7 au sommet de Deauville et qui n’ont pas été traduites dans les faits, le diplomate allemand a assuré qu’au contraire « les financements [étaient] là » mais pour que la Tunisie puisse en bénéficier, il faudrait qu’elle présente les projets viables auxquels ils seront destinés. L’ambassadeur a rappelé à ce propos, la Déclaration de Marseille qui déclare l’appui qu’apporteront des bailleurs de fonds et d’institutions financières à la Tunisie, (avec d’autres pays engagés dans un processus de transition politique et économique) dans le cadre d’un partenariat de long terme.
M.Reinicke a assuré qu’un demi-milliard d’euros accordé par l’Allemagne à la Tunisie attend d’être dépensé.

M. BELLAKHAL
 

Articles similaires