Donald Kaberuka : la Tunisie reste l’agence de relocalisation de la BAD

La Tunisie est et restera toujours l’agence de la relocalisation de la Banque africaine de développement (BAD) qui a regagné, en 2014, son siège statutaire dans la capitale économique ivoirienne, Abidjan.

C’est ce qu’a affirmé Donald Kaberuka, président de cette institution, lors d’une conférence de presse tenue en marge des assemblées annuelles de la BAD, qui ont démarré lundi 25 et se poursuivront jusqu’au 29 mai.
M. Kaberuka a précisé que les raisons qui motivent ce choix sont que la Tunisie est l’un des trois plus gros clients de la BAD. « La Tunisie reste un membre influent de la BAD avec des relations très étroites. Elle mérite l’appui continu de notre institution », a-t-il ajouté.
Durant les Assemblées annuelles, il aura lieu, jeudi 28 mai, l’élection par les actionnaires du nouveau président de la BAD, au terme du deuxième mandat du rwandais Donald Kaberuka.
Huit candidats (une femme et sept hommes) sont en lice pour occuper ce poste. Il s’agit de : Jalloul Ayed (ancien ministre des Finances, Tunisie), Cristina Duarte (ministre des Finances et du Plan, Cap-Vert), Kordjé Bedoumra (ministre tchadien des Finances et du Budget), Sufian Ahmed, (ministre des Finances et du Développement économique, Éthiopie), Birama Boubacar Sidibé (vice-président de la Banque islamique de développement, Mali), Thomas Zondo Sakala (ancien vice-président de la BAD, Zimbabwe), Akinwumi Adesina (ministre de l’Agriculture et du Développement, Nigeria) et Samura Kamara (ministre des Affaires étrangères, Sierra Leone).
Notons ainsi qu’en Tunisie, quatre groupes parlementaires ont annoncé, lundi, la constitution d’un collectif au sein de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) pour renforcer les chances de Jalloul Ayed d’obtention du poste de président de la BAD.

M.Kh
 

Articles similaires