Gaza a organisé son premier festival du film

Une manifestation d’un genre tout à fait inédit a eu lieu du 12 au 14 mai 2015, sans que les médias lui aient donné la moindre importance. Il s’agit du 1er festival du film des Droits humains Karama organisé à Gaza.

C’est dans la partie est de Gaza, au milieu des décombres de centaines de foyers détruits qu’un tapis rouge de 73 m de long a été déroulé, pour ce festival, le tout premier de l’histoire de cette région héroïque et martyre de la Palestine occupée. Plus précisément au milieu des ruines, dans le quartier de Shujaiyeh, où une centaine de Palestiniens avaient été massacrés dans la guerre de l’an dernier.

Selon son organisateur Saul Aburamadan, c’est « le lieu idéal » pour un événement de ce genre ». M. Aburamadan a déclaré à +072 Magazine « En cherchant un endroit où projeter les films, nous sommes arrivés à Shujaiyeh, dans la partie orientale de Gaza, dont la plus grande partie n’était plus que ruines. Nous nous sommes trouvés à côté de la mosquée détruite, entourés de foyers détruits dans toutes les directions, et il nous est apparu que c’était l’endroit tout indiqué pour tenir un festival du film consacré aux droits humains ».

Au lieu d’accueillir des VIPs et des stars le festival a offert une passerelle à tout le monde et à n’importe qui. Le festival du film des Droits humains de Gaza a consisté en la projection de 180 films dont 28 ont pu être projetés.

Il est à signaler qu’aucun cinéma n’a existé à Gaza depuis la première Intifadha. Et M. Saul Aburamadan de souligner : « « Il était 9h30 du soir et l’endroit était en pleine lumière. Vous devez comprendre que Shujaiyeh a vécu les huit derniers mois dans l’obscurité. Toutes les infrastructures ont été détruites. Les gens vivent, le soir, à la lumière de chandelles. Ce festival a ramené la normalité pour un moment. Il a ramené l’éclairage. »

M. BELLAKHAL

 

Articles similaires