En Palestine occupée, tout un village doit payer pour sa démolition

En Palestine occupée, le village bédouin d’Al-Araqib, situé à proximité de la ville israélienne de Beer-Sheva, dans le Negueb, au sud du pays, a été rasé le plus grand nombre de fois par l’état sioniste.

Ce dernier a démoli les 50 maisons qui composent le village à 83 reprises. Un bien triste record que ne lui envierait aucun groupement résidentiel. Comble du cynisme et de préjudice, les autorités sionistes viennent de réclamer aux habitants de Al-Araqib de payer les frais de couverture des dépenses de démolition, d’arrachage d’arbres et de déploiement des forces de l’ordre. Une somme estimée à un demi-million de dollars US. L’affaire sera tranchée devant un tribunal, en septembre. L’affaire du paiement et non celle de la démolition du village.
Cet acharnement s’explique, selon bastamag.com qui rapporte l’information, par la non-reconnaissance par l’entité sioniste des localités bédouines qui les considèrent comme illégales. Les habitants d’Al-Araqib font valoir d’anciens titres de propriété, alors que les israéliens s’appuient sur l’ancien code de l’empire ottoman pour démontrer le caractère illégal du village.
Il est à signaler qu’Israël a, dans le passé, fait payer à des propriétaires les frais de démolition d’une maison, mais c’est la première fois qu’un village en entier est « prié » de payer pour sa destruction.
Depuis 1967, Israël a détruit plus de 27 000 habitations palestiniennes dans les territoires qu’il a envahis et occupés. A chaque fois, l’état sioniste a demandé aux propriétaires palestiniens de payer ces démolitions. Quarante-cinq autres localités non reconnues sont également menacées de destruction.

M. BELLAKHAL
 

Articles similaires